Qui sommes-nous ?

Nous sommes médecin et praticienne de santé réunis au sein d'un Cabinet médical de santé naturelle

Dr Burgos,

Médecin Acupuncteur, je pratique cette activité médicale naturelle particulière, puisque le phénomène universel de la mondialisation nous permet aujourd'hui de choisir le meilleur de chaque civilisation pour le bien-être global. J'appris et pratique en France l'Acupuncture depuis une trentaine d'années. « Nôtre vie, courte et limitée, ne peut contenir tout le Savoir, que lui, est infini »-dit Tchouang Tseu, le Penseur Taoïste.

Dans le monde de l'Acupuncture, on commence comme « un petit ouvrier » et petit à petit, après de longues études et de pratiques, on peut songer à devenir « Maître ». Ses bases théoriques ont été rédigées depuis plus de trois millénaires: le principal obstacle à sa diffusion réside dans la difficulté a traduire ses textes du Chinois ancien.

Né dans la côte Caraïbe Colombienne, j'ai obtenu mon diplôme de « médecin et Chirurgien » à la Faculté de Médecine de Cartagena de Indias, une de plus anciennes facultés de l'Amérique Latine.  La plupart de mes Professeurs avaient fait leurs études en France : c'était l'époque où « la Clinique Française » rayonnait dans le monde et où la Médecine Nord-Américaine ne s'imposait pas encore partout.

Dans ma famille, on a pratiqué la Médecine douce pendant plusieurs générations. La Grande-mère de mon père, mon grand-père et plusieurs oncles ont prodigué des soins, sans avoir obtenu des diplômes à la faculté ; ils étaient des « non médecins », comme on les nomme en France.

J'ai participé pendant plus de vingt ans à l'activité du premier Service d'Acupuncture en Europe, à l'Hôpital Universitaire de Nîmes, où j'ai été responsable d'une consultation pour des patients qu'ils soient hospitalisés ou non. Je suis également Enseignant de cette discipline à la Faculté de Médecine de Montpellier-Nîmes depuis des décennies.

Les scandales sanitaires récents à propos des médicaments, qui ont tué ou rendus malades avec des séquelles, des centaines des patients, comme le Médiator et bien d'autres, confirment l'intérêt que représentent des thérapies naturelles non médicamenteuses, telle que l'acupuncture ou la phytothérapie. La recherche dans ces dernières disciplines se heurte à l'obstacle du manque d'intérêt des investisseurs pour une pratique que n'a pas de grand matériel à vendre, mis à part les aiguilles.

Une thérapie globale

L'acupuncture fait partie, avec la Phytothérapie, la Diététique et la Gymnastique énergétique, du grand ensemble de la Médecine Traditionnelle Chinoise. Cette Médecine naturelle considère comme très important le monde Psychique : « Ne pas prendre en compte le Mental du Patient, voilà la première faute »

Au jour d'aujourd'hui, nous sommes nombreux a penser à l'unité Corps-Esprit, ainsi qu'aux interactions entre les viscères et le système nerveux et ses neurotransmetteurs.

Médecine et philosophie

Si vous allez, à l'aide de votre ordinateur ou téléphone portable, à la rubrique HIPPOCRATE de Wikipédia, vous lirez que le Père de la Médecine a séparé celle-ci de la Philosophie, pour en faire une Profession à part entière. D'accord dans le sens de la genèse d'un métier... mais si vous consultez les œuvres de Hippocrate lui-même, vous lirez dans le tome IV dans le chapitre « De la bienséance » : « Il faut transporter la Philosophie dans la Médecine, et la Médecine dans la Philosophie... il n'y a guère de différence entre la Philosophie et la Médecine... »

Le médecin malade

Pour terminer cette présentation, je voudrais en venir au témoignage du malade que je suis, « comme tout le monde » . Souffrant d'une affection cardio-vasculaire en partie héréditaire, j'ai dû subir les traitements de mon époque, et je voudrais en témoigner : « le bon, le mauvais, et le moche », comme dans le Western Spaghetti. Maintenant je comprends la boutade de Platon : « Pour être vrai médecin, il serait nécessaire que celui qui l'entreprendrait eût passé par toutes les maladies qu'il veut guérir et par tous les accidents et circonstances de quoi il doit juger. »

Ma parole sera donc double : La voix du médecin mais aussi celle du malade, son complément.

Mme M.C. Langguth-Cueva,

J'ai toujours été proche de la Nature, contemplative de ses multiples richesses, à travers notamment les multiples molécules naturelles dont regorgent les plantes, les arbres et dont se nourrissent les animaux de façon intuitive mais encore aussi bon nombre d'êtres humains de nos jours. 

Les hasards de la vie m'ont tout d'abord amenée à expérimenter les rouages de l'industrie pharmaceutique, un acteur devenu incontournable depuis l'avènement de la chimie et que j'ai donc côtoyé pendant 20 ans. 

De la fabrication du médicament à sa commercialisation, des protocoles et des prescriptions émanant des différents professionnels de santé, j'en ai tiré une expérience certes enrichissante mais avec un constat aux antipodes de ma conception de la santé : un être humain vu le plus souvent comme une somme d'organes, de systèmes, de symptômes, pour lequel une réponse sous forme de prescriptions médicamenteuses, de batteries d'examens est apportée dans la plupart des cas. 

Quid du terrain de chacun, des émotions voir même parfois de la pertinence de certains traitements, sans omettre parfois les effets secondaires exprimés par le patient avec peu de solutions proposées quand ils ne sont pas occultés.

Toutes ces années m' ont amenées à réfléchir sur le patient, l'approche de la maladie et de sa place dans cette usine de la santé: une approche holistique prônée pourtant par Hippocrate, le père de la médecine, mais qui n'a plus lieu d'être la plupart du temps dans cette usine de la santé.

J' ai choisi de quitter ce " domaine" d'activité et de reprendre mes études afin de pouvoir justement offrir d'autres approches plus naturelles en matière de santé, d'hygiène de vie, de remèdes naturels en parfaite équation avec ma philosophie, mes valeurs.

Je me suis formée notamment en Naturopathie, iridologie, en nutrithérapie, aromathérapie et fleurs de Bach et continue de le faire car il me semble essentiel de ne pas vivre sur ses acquis, de savoir toujours se remettre en question et d'accepter d'évoluer avec son temps.

Depuis plusieurs années...

... avec un point commun autour de ces activités: apporter à chacun, tout en restant humble, le ou les clés pour prendre en charge sa santé et ce, de façon individualisé, car tout être vivant qu'il soit humain, animal ou végétal reste pour moi unique en son genre.La philosophie asiatique, à travers Lao Tseu a dit un jour : " donne un poisson à un homme, il le partagera au diner avec sa famille, apprends lui à pêcher, il pourra nourrir toute sa famille".

Nous mettons à votre disposition nos publications et celles de nos confrères (Dr Van Snick, Dr Ume, Dr Monsieur, Prof LEUNIS, Dr Eppe, Dr Taillefer)

Dans notre démarche thérapeutique naturelle, nous faisons appel à différentes techniques, méthodes, philosophie thérapeutiques naturelles et complémentaires : La phytothérapie, l'acupuncture, l'aromathérapie

Les traitements naturels choisis et décrits pour leur complémentarité visent à...

Un usage intégré entre remèdes naturels et techniques de médecine douce.