traitement naturel Cholestérol

Traitement naturel pour Cholestérol

Appelé familièrement mauvais cholestérol, l'analyse de son taux dans le sang permet d’évaluer le risque de maladies coronariennes (rétrécissement des vaisseaux qui irriguent le cœur à cause d’une accumulation de graisses)

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2018-01-28 13:44:17

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Par Marie-Christine LANGGUTH CUEVA
Naturopathe - Iridologue - Nutrithérapie

Pour lutter contre le mauvais cholestérol, certains aliments devront peut-être disparaitre de vos assiettes ?

Le cholestérol est un lipide indispensable à l'organisme. Mais il peut aussi boucher les artères et provoquer des maladies cardio-vasculaires. L'hypercholestérolémie peut être diminuée, voire traitée grâce à un régime alimentaire adapté. 

Des aliments à éviter afin de normaliser l'hyperlipémie

Un régime enrichi en graisses saturées élève la cholestérolémie et le taux des lipoprotéines. Malheureusement, bon nombre d'aliments en sont pourvoyeurs.

  • les préparations industrielles : quiches, feuilletés, nuggets, pâtisseries, crèmes glacées, viennoiseries
  • toutes les fritures : beignets, cuisson au beurre, produits panés. Les aliments sont imbibés d'huile, ce qui augmente considérablement l'apport de matières grasses et de calories. De plus, quand ces aliments sont précuits ou servis dans les fast-food, ils sont souvent plongés dans des huiles hydrogénées, riches en acides gras saturés et parfois en acides gras trans ( huile de palme, de coprah) deux familles d'acides gras qui au long cours peuvent devenir cancérigènes.
  • le lait entier, le beurre et les fromages contiennent une quantité importante d'acide gras saturés et donc de cholestérol.
  • les charcuteries (rillettes, lardons, saucissons et saucisses) ainsi que les viandes grasses (mouton, agneau)
  • limitez votre consommation d'alcool : toutes les boissons alcoolisées augmentent le taux de triglycérides et le risque de complications cardio-vasculaires, pancréatiques

Face à tout cela, bon nombre d'aliments, de vitamines et d'oligo-éléments peuvent être efficaces

  • privilégiez un maximum les poissons riches en bons acides gras : les omégas 3. Ils protègent les artères de l'athérome (à l'origine de l'infarctus et des accidents vasculaires cérébraux), ont un effet protecteur sur les troubles du rythme cardiaque et peuvent contribuer à diminuer le taux de triglycérides. De plus, les poissons sont riches en sélénium, un antioxydant majeur pour protéger l'organisme. Pensez à consommer au moins 3 à 4 fois par semaine les poissons dits « gras », plus riches en omégas 3 que certains : maquereau, hareng, sardine, flétan.
  • des protéines de soja qui contribuent à faire diminuer le taux de cholestérol sanguin. Plus le taux de cholestérol est élevé, plus l'action hypocholestérolémiante du soja est importante. Elles sont une alternative à la viande et contiennent également des acides gras polyinsaturés. Vous les trouverez sous forme de boisson (tonyu), de yaourt ou de tofu.
  • les phytostérols sont des lipides, que l'on retrouve sous différentes formes dans les aliments végétaux :le stostérol, le campestérol, et tout le groupe des stanols. Les stérols ont uns structure chimique très proche du cholestérol, sans en avoir ses inconvénients .La première étude ayant mis en avant l'efficacité des stérols végétaux sur la réduction du cholestérol sanguin date de 1953 ! Ces phytostérols ont une action sur la baisse du cholestérol total, et surtout du LDL-cholestérol, le "mauvais", dont l'excès a tendance à boucher les artères. Toutes les huiles végétales (colza, soja, tournesol), les céréales (blé, sorgho), les fruits et légumes frais, ainsi que les fruits oléagineux ( amande, cacahuète, noix de cajou, graines de sésame) en sont richement pourvus. Seul bémol : en réduisant l'assimilation du cholestérol, ils réduisent aussi celle de certaines vitamines ( A et E). Pensez à ajouter à votre menu certains légumes et fruits riches en ces deux précieuses vitamines : abricots, mangues, melon, pêches jaunes, carottes, persil, épinards, poivrons rouges, tomates, brocolis.
  • des fibres qui permettent de limiter l'absorption intestinale du cholestérol. Elles sont présentent notamment dans le choux, les petits pois, les haricots verts, les poireaux...Il est recommandé de privilégier les fruits et légumes pour leur teneur en fibres, excellentes pour la digestion, leur effet rassasiant, mais aussi pour leur richesse en vitamines, en sels minéraux et en anti-oxydants.
  • des anti-oxydants pour leur effet protecteur vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires. Il s'agit surtout de la vitamine C, de la vitamine E, des caroténoïdes, du sélénium, des polyphénols et flavonoïdes contenus surtout dans le thé, le raisin et le citron. En consommant régulièrement du chou, du poivron, du fenouil, des épinards, des radis, de la tomate et de la carotte, votre corps fera le plein de bon anti-oxydants.

Enfin, privilégiez des modes de cuisson qui vont préserver toutes les vitamines et oligo-éléments des aliments : en papillote, à la vapeur, à l'étouffée. Pensez à ajouter au moment de servir des épices comme le curcuma, le poivre noir qui sont d'excellentes sources d'antioxydants et relèvent la saveur de bon nombre de plats.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention de prescription, à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Associé(s) utilement par exemple avec...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...

Documentation

A lire aussi...

Bibliographie

* European Journal of Clinical Nutrition, 1998 ; vol. 52 : p.334-343