traitement naturel DMLA

Traitement naturel pour DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (Dmla) est une maladie de la rétine provoquée par une dégénérescence progressive de la macula (partie centrale de la rétine) liée à l'âge .

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-04-09 15:59:41

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie

Dossier selon Dr TAILLEFER 

Introduction au traitement naturel de la Dégénérescence maculaire liée à l'âge, la DMLA

 La DMLA est comme son nom l'indique une pathologie dégénérative  dont la prévalence ( % de la pathologie dans la population) est liée à l'âge et qui  augmente progressivement avec l'âge.

Ainsi si elle n'est que de 1 à 2 % avant 60 ans elle est supérieure à 50 % après 80 ans.

Cette dégénérescence touche de manière sélective la partie centrale de la rétine ou macula et donc même à un stade très évolué les malades ne perdront jamais complètement la vue : ils ne pourront plus lire, ne pourront plus regarder la télévision ni reconnaître les gens mais ils garderont toujours un champ visuel périphérique ce qui leur permettra quand même de se déplacer.

On en distingue actuellement  trois grandes formes : le stade précoce et les formes atrophique et exsudative.et deux autres formes plus rares

Le risque d'évolution vers la forme atrophique ou la forme exsudative peut être évalué à environ 50 % après 10 ans d'évolution du stade précoce.

Ce stade précoce se caractérise par l'apparition, visible lorsque le médecin examine le fond d'œil,  de dépôts  blanchâtres de taille et de forme variables sur la macula de la rétine : les drusen qui sont donc un signe de vieillissement de cette rétine.

Après plusieurs années d'évolution peut apparaître ce que l'on nomme un syndrome maculaire et qui se caractérise par :

- une baisse de l'acuité visuelle surtout de près aux stades les plus précoces
- une vision ondulée des objets et surtout des lignes droites
- enfin à un stade plus évoluée: une tache centrale , de taille variable , dans le champs visuel, appelée: scotome central.
- Parfois trouble de la vision des couleurs et / ou des contrastes.

L'apparition de l'un ou de plusieurs de ces troubles impose d'aller consulter en urgence un médecin ophtalmologiste afin qu'il dépiste le plus précocement possible le passage  éventuel à une forme exsudative avec néovaisseaux  risquant d'évoluer très rapidement vers une baisse d'acuité visuelle importante et un scotome  central définitifs.

Dans certains cas un traitement réalisé en urgence pourra en effet  éviter, dans le meilleur des cas,  ou  le plus souvent, freiner cette évolution spontanément très grave pour le pronostic visuel.

Dans une autre grande majorité de cas l'apparition de ce syndrome maculaire n'imposera pas un traitement en urgence mais il signera le passage, visible lui aussi à l'examen du fond d'œil, à la forme atrophique se caractérisant par l'apparition de plages d'atrophie de l'épithélium pigmentaire ; c'est à dire par la disparition progressive des cellules composant cette couche où l'image projetée est transformée en signaux électriques pour atteindre le cerveau et donner la sensation visuelle. 

Cette forme évolue très progressivement mais inexorablement vers une extension des lésions et donc vers une baisse sévère de l'acuité visuelle et un scotome, ou tache aveugle, central définitifs.

Là aussi bien que la cause de la DMLA ne soit pas bien comprise, des études, en particulier chez l'animal, indiquent que les dommages dus aux radicaux libres de l'oxygène générés par les expositions répétées, sans protection adaptée, aux ultra-violets B ( en particulier si couleur claire de l'iris) et / ou aussi  par la fumée de tabac  sont certainement en cause.

Sont aussi incriminés comme facteurs de risque : l'hypertension artérielle, une pathologie vasculaire sous-jacente.

Mais aussi certainement  importance des facteurs génétiques : risque augmenté de faire une DMLA si un parent en est atteint. D'où importance dans ces cas d'une surveillance ophtalmologique précoce et surtout d'un traitement préventif.

De même, aux stades précoces c'est à dire au stade où il y a des dépôts ( drusen ),même s'il y a un début d'atrophie (mais non centrale, au niveau de l'un ou des deux yeux  et même dans le cas d'une  DMLA évoluée avec perte de la vision centrale  mais au niveau d'un seul œil, l'effet bénéfique d'une supplémentation associant vit C, vit E, zinc et béta-carotène. ( Etude AREDS ou : Age Related Eye Disease Study) a été démontré par une étude randomisée sur un grand nombre de patients.

Le traitement naturel de la DMLA 

Mais comme par ailleurs il a été montré que la supplémentation en substances naturelles comme le béta-carotène favorise les cancers du poumon chez les sujets fumeurs, deux autres produits naturels, des caroténoïdes spécifiques de l'œil pourraient être donnés à la place : la lutéine et la zéaxanthine.

Ces molécules composent en effet la majeure partie du pigment maculaire et réduisent la quantité de lumière bleue, toxique, reçue par les photorécepteurs de la fovéa.

Cette propriété ajoutée à leur effet anti-oxydant indique particulièrement leur utilisation, ou du moins l'utilisation de l'une d'elles, dans la DMLA.

Avant cette étude AREDS de nombreuses études avaient montré que :

- les gens qui avaient les plus hauts niveaux sanguins en anti-oxydants avaient moins de risque de développer une DMLA.
- Ceux avec les plus hauts niveaux en: sélénium, vit.C, et vit.E avaient un risque diminué de 70% d'avoir une DMLA.
- Les caroténoïdes lutéine et zeaxanthine plus anti-oxydants au niveau de l'œil que le béta-carotène sont trouvés en haute concentration dans les épinards et les choux .
- La lutéine est trouvée en haute concentration en dehors de la fovea tandis que la zeaxanthine elle se concentre tout prés de la fovea .
- Les gens qui consomment des épinards et des choux ont un risque diminué de développer une DMLA.
- Deux importantes enzymes nécessaires au fonctionnement rétinien requièrent du zinc.
- Les anthocyanosides de Vaccinium Myrtillus agissent en tant qu'anti-oxydants au niveau de la rétine.(10)
- Les extraits de myrtille ont aussi été montrés capables de renforcer les capillaires rétiniens et donc d'y réduire le risque d' hémorragies .(11)
- Les quantités recommandées sont de l'ordre de 240 à 480 mg d'extrait standardisé à 25 % d'anthocyanosides.
- Des recherches complémentaires ont montré les effets bénéfiques et prometteurs du ginkgo biloba pour prévenir ou traiter les troubles secondaires à la dégénérescence maculaire.(12)

Donc actuellement le meilleur traitement naturel préventif et curatif aux premiers stades de la DMLA c'est :

- des caroténoïdes tels la lutéine et la zeaxanthine
- des vitamines C et E
- du zinc
- du sélénium
- des extraits de myrtille et de ginkgo

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Documentation

Bibliographie