traitement naturel Psoriasis

Traitement naturel pour Psoriasis

Le proriasis est une maladie de la peau qui touche 2 à 3 % de la population. Se caractérise par des plaques squameuses souvent localisées en des endroits précis ( coudes, genoux, cuir chevelu…)

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-01-10 15:27:40

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Par Marie-Christine LANGGUTH CUEVA
Naturopathe - Iridologue - Nutrithérapie

Certains aliments ou habitudes alimentaires peuvent stimuler ou aggraver le psoriasis

Le psoriasis, dont l’étymologie grecque « psora » signifie démanger ou gratter, touche environ 2% de la population mondiale, dont 10% des enfants environ. Cette pathologie se caractérise par l'apparition sur la peau de plaques souvent de couleur rouge ou blanche, sous forme de squames, ces apparitions se faisant souvent par poussées, entrecoupées de phases de rémission. Même si les causes du psoriasis ne sont pas encore entièrement élucidées à ce jour, les experts tendent à en trouver une origine dans le dérèglement éventuel du système immunitaire, en plus d'une forte composante héréditaire. Certains facteurs déclenchants peuvent stimuler ou aggraver un psoriasis existant : le stress, des maladies infectieuses, un climat froid, un traumatisme psychique, un excès de poids, des facteurs hormonaux ou métaboliques, la prise de certains médicaments mais également certains aliments ou habitudes alimentaires.

Des éléments déclencheurs qu'il vaudrait mieux oublier

Certains aliments semblent déclencher des poussées ou aggraver les symptômes du psoriasis, même si aucune étude n'a pu encore en apporter les preuves à ce jour. Les plus fréquemment récriminés sont tous les produits contenant de la caféine (café, thé, maté, guarana), le sucre sous toutes ses formes et ce, d'autant plus s'il est raffiné, la farine et les céréales blanches ( sources de glucides rapides) ainsi que les produits qui contiennent du gluten.

Une consommation excessive d'alcool peut augmenter la survenue des plaques de psoriasis ainsi que la prolongation de la durée de la pathologie : 5,3 % des éthyliques présentent un psoriasis, un chiffre 2 à 3 fois plus élevé que dans la population générale.

De plus, la consommation d'alcool a une influence négative sur l'évolution et la gravité, les patients éthyliques atteints de psoriasis étant plus résistants aux traitements.

Des aliments alicaments

  • Le psoriasis provoque un renouvellement trop rapide de l'épiderme ( 4 jours au lieu de 21 jours), caractérisé par une accumulation des kératinocytes (les cellules de la peau) qui s'accumulent. L'épaisseur de la peau augmente (hyperkératose) et entraine la formation de plaques épaisses mais en parallèle, des phénomènes d'inflammation se produisent, une réaction normale de défense de l'organisme, mais qui entraine les fameuses rougeurs et irritations des plaques de psoriasis : le terrain de la personne souffrant de psoriasis est inflammatoire, caractérisée par une activité importante de cytokines pro-inflammatoires. La consommation régulière d'omégas 3 *, des acides gras polyinsaturés, va permettre de moduler cette réaction par trop inflammatoire, et réguler un système immunitaire en sur-expression. Trois types d'omégas 3 peuvent aider à calmer cette pathologique, par trop invalidante : l'acide alpha-linolénique (AAL), l'acide eicosapentaénoïque (AEP) et L'acide docosahexaénoïque (ADH).Parmi les omégas-3, seul l'acide alpha-linolénique (AAL) est qualifié d'« essentiel ». En effet, les autres acides gras oméga-3 peuvent être synthétisés par le corps à partir de l'AAL. Il est particulièrement présent dans l'huile et les graines de lin et de chanvre, ainsi que dans l'huile de canola (colza) et de soya. L'acide eicosapentaénoïque (AEP) peut-être synthétisé par le corps humain à partir de l'acide alpha-linolénique, mais le taux de conversion est très faible. Il est donc vivement recommandé de consommer des aliments riches en AEP, contenus dans les poissons gras : maquereau, sardine, hareng, flétan, saumon( sauvage). Cette AEP se transforme en eicosanoïdes de série 3, aux vertus protectrices pour le cœur et les artères, et aux effets anti-inflammatoires et anti-allergiques reconnus. L'acide docosahexaénoïque (ADH), quant à lui, est également présent dans les produits marins, et plus particulièrement dans certains poissons gras.
  • La vitamine D possède des propriétés antiprolifératives et immuno-régulatrices, souvent utilisée dans le traitement topique du psoriasis. Or, le statut en vitamine D est souvent déficient : dans une étude portant sur 11 pays européens, un déficit en vitamine D était trouvé chez 36 % des hommes et 47 % des femmes). En dehors d'une supplémentation de vitamine D (après évaluation auprès de votre médecin), certains aliments peuvent être consommés pour en augmenter les apports : elle peut être en partie apportée par l'alimentation, sous forme d'ergocalciférol (D2), issu des végétaux ou sous forme de cholécalciférol (D3), si elle est issue des produits animaux. Elle se trouve très concentrée dans les huiles de certains poissons : l'huile de flétan en contient 50000 microgrammes/100 grammes, l'huile de carpe 25000, l'huile de thon et l'huile de foie de maquereau 5000, l'huile de foie de saumon 1000 et de foie de morue 200 microgrammes. Pensez également aux poissons gras, qui en contiennent de 7 à 20 microgrammes/100 grammes: le maquereau, le saumon et le hareng. Le jaune d'œuf, les huîtres et les abats (surtout le foie de veau et de génisse) en contiennent également mais en quantité moindre (2,5 microgrammes/100 grammes).

Une protéine à chasser de son alimentation : le gluten **

Comme cela a été avancé dans l'étude de Michaelsson et al, certains patients atteints de psoriasis auraient une perméabilité intestinale augmentée au gluten (même si la biopsie intestinale est normale). Cette augmentation de la perméabilité intestinale permettrait le passage d'agents infectieux qui pourraient agir comme des superantigènes, induisant l'apparition ou l'exacerbation de lésions de psoriasis chez des patients prédisposés. Eviter donc le plus possible toutes les farines contenant du gluten type blé, avoine, épeautre, kamut, seigle mais également tous les produits transformés qui peuvent en contenir, sous forme notamment d'hydrolysats de blé. Côté céréales ou légumineuses, celles issues du maïs, du sarrasin, du pois chiche, du millet, de l'amaranthe, de la quinoa peuvent largement remplacer les sacro-saintes farines classiques.

Un déséquilibre possible de la flore intestinale

Différentes études ont confirmé l'effet positif sur l'immunité et donc sur sa régulation par l'administration des probiotiques ***, ce d'autant plus que la personne atteinte est jeune. Les probiotiques permettent de moduler l'activité du système immunitaire, tout en augmentant la fonction de barrière de la muqueuse intestinale( production accrue de mucus ou des anticorps de type IgA), en plus de leurs effets antimicrobiens directs, en prenant la place des bactéries pathogènes. Bon nombre d'aliments contiennent des probiotiques dont notamment les produits lacto-fermentés : choucroute, câpres, concombres, carottes, oignons, betteraves, navets, daïkon, radis, haricots verts, choux fleurs, choux blancs, gari, prunes d'umé, lait caillé, kéfir de lait et koumys.

Un oligo-élément incontournable : le sélénium ****

Le sélénium est un minéral très important qui participe au fonctionnement d'un antioxydant puissant à l'intérieur de l'organisme : la glutathion peroxidase. Des études ont rapporté que les gens souffrant de psoriasis avaient des taux de glutathion peroxidase plus bas que les sujets sans psoriasis, un apport insuffisant de ce précieux oligo-élément sur le long cours pouvant être associé à une plus grande sévérité du psoriasis. L'aliment le plus riche reste la noix du Brésil : 2 noix par jour et les apports sont comblés. Ayez également le réflexe petits poissons gras ( surtout les sardines, la sole, le flétan), ainsi que les huîtres et les moules.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention de prescription, à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Associé(s) utilement par exemple avec...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...

Bibliographie

* Mayser P et al. Omega-3 fatty acid-based lipid infusion in patients with chronic plaque psoriasis: results of a double-blind, randomized, placebo-controlled, multicenter trial. J Am Acad Dermatol 1998 ;38 : 539-47.
** Michaelsson G et al. Psoriasis patients with antibodies to gliadin can be improved by a gluten free diet. Br J Dermatology 2000 ; 142 : 44-51.
*** Viljanen M et al. Induction of inflammation as a possible mechanism of probiotic effect in atopic eczema-dermatitis syndrome. J Allergy Clin Immunol ; 2005 : 1254-9.
**** Serwin AB, Wasowicz W, Gromadzinska J, Chodynicka B. Selenium status in psoriasis and its relationship with alcohol consumption. Biol Trace Elem Res. 2002 Nov;89(2):127-37.