traitement naturel Zona

Traitement naturel pour Zona

Le zona est une infection caractérisée par une éruption douloureuse de vésicules disposées en grappes, ressemblant à celles de la varicelle mais limitées à un territoire bien précis, qui correspond à des terminaisons de fibres nerveuses

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-04-01 14:57:43

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Par Marie-Christine LANGGUTH CUEVA
Naturopathe - Iridologue - Nutrithérapie

Introduction au traitement naturel du zona 

Le zona, certaines mesures diététiques peuvent contribuer en parallèle à diminuer les épisodes voir à en atténuer ses manifestations cliniques.

Affection très douloureuse, cette maladie est due à un virus dormant qui n'est autre que celui de la varicelle, le virus varicelle-zona (VZV). Maintenu en sommeil par le système immunitaire, il peut se réveiller chez l'adulte, touchant une personne sur cinq souvent après 50 ans*. L'inflammation d'un nerf ou d'un ganglion ainsi que des vésicules sur la peau en représentent les manifestations les plus fréquentes. En dehors de traitements locaux pour soulager rapidement les démangeaisons, les douleurs parfois aigües et invalidantes, certaines mesures diététiques peuvent contribuer en parallèle à diminuer les épisodes voir à en atténuer ses manifestations cliniques.

Un apport alimentaire réduit

  • En cas d'inflammation poussée mais aussi de fièvre, le sucre, sous toutes ses formes ainsi que les charcuteries doivent être évincées, du fait de la production accrue de facteurs pro-inflammatoires qu'ils génèrent cytokines ( Tnf-α, IL-1β, IL-6)
  • Le fait de jeûner( entre 4 à 5 jours) tout en veillant à apporter les quantités hydriques suffisantes pour l'organisme, reste une mesure efficace pour les personnes capables de le faire. Des tisanes à base de gingembre ou de curcuma, reconnues pour leurs vertus anti-inflammatoires peuvent compléter l'éventail des boissons possibles à consommer. La reprise alimentaire peut se faire tout doucement en consommant dans un premier temps des jus de légumes dilués à base de crucifères (chou, brocolis), de carotte ou de betterave rouge puis en alternant ces jus avec des végétaux crus, tous riches en vitamines efficaces pour aider le système immunitaire à lutter contre le virus. Les oléagineux puis les autres aliments peuvent ensuite être de nouveau introduits, selon l'appétence de chacun.

Des acides aminés à bien identifier

  • L'arginine est l'un des 20 acides aminés qui composent nos protéines mais qui aurait la fâcheuse tendance de permettre la multiplication du virus, voir de le réactiver. Mieux vaut donc s'abstenir de consommer des aliments connus pour leur haute teneur en cet acide aminé : choux de Bruxelles, petits pois, les légumineuses, certaines céréales, comme le riz brun, l'avoine et le sarrasin, ainsi que la viande rouge, la volaille, les produits laitiers et les oléagineux( amande, noisette, noix de cajou, noix de Macadamia), noix de coco.
  • La lysine agirait en inhibant notamment le métabolisme de l'arginine. La lysine est considérée comme un nutriment essentiel, car l'organisme ne peut la fabriquer et doit la puiser dans certains aliments. La difficulté réside dans le choix des protéines, qui sont à la fois des sources de lysine et d'arginine : mieux vaut privilégier ceux ayant un rapport lysine/arginine élevé. La viande maigre (veau, dinde), le poisson, les huîtres, les oeufs, les haricots blancs, le soja sous toutes ses formes( tofu, edamame, lait), le maïs, le germe de blé, les fèves, les pois chiches, la levure de bière et la choucroute en sont de bonnes sources.
  • En général, mieux vaut donc éviter les aliments riches en arginine et pauvres en lysine, comme surtout le chocolat, les noix et les graines, le blé débarrassé de son germe afin de ne pas atténuer l'effet bénéfique de la lysine.

Renforcer l'immunité pour faire face au virus

  • En préventif comme en curatif, il est important de renforcer ses défenses immunitaires et notamment par l'utilisation de certaines plantes comme l'Echinacéa et le Cynorrhodon, qui ont fait leur preuve : en infusion, elles ravissent les papilles tout en contribuant à relancer la production des lymphocytes amis de l'organisme.
  • Optez le plus possible pour une diète composée d'aliments biologiques, qui regorgent de toutes leurs vitamines et oligo-éléments essentiels : les aliments stérilisés, chauffés ont perdu toutes leurs vertus antioxydantes.
  • Privilégiez les baies rouges, comme celles de myrtilles, de cassis, de groseilles, riches en vitamine C et en anthocyanes, tout comme le citron, facile à accommoder dans les plats.
  • Une cuillère de propolis, dans un peu de miel ou d'huile végétale de colza ou d'olive : cet antibiotique naturel fabriqué par les abeilles est un excellent immuno-stimulant.

Un oligo-élément à mettre dans votre assiette : le zinc

Le zinc, parmi d'autres éléments, permet de soutenir voir même de relancer le système immunitaire, souvent mis à rude épreuve dans le cas de cette pathologie. Les aliments en contenant des valeurs importantes sont les huîtres, les coquillages en général, les germes de blé, le foie (abat), la farine de sésame et tahini, le rôti de boeuf. Les graines de potiron, de courges, de pastèque ainsi que le chocolat en sont d'excellentes sources mais ils contiennent également de l'arginine : mieux vaut donc s'en abstenir.
Soyez plus vigilant si vous consommez des céréales : elles contiennent de l'acide phytique qui se lie au zinc et gêne son absorption au niveau intestinal. Mieux vaut donc éviter d'associer une portion de protéines animales et de céréales.

Attention au stress

Les situations de stress intense peuvent entraîner une carence en lysine, et de manière générale provoquer une chute des défenses immunitaires, réactivant de ce fait le virus et déclenchant ainsi un zona. En dehors des techniques de relaxation ou des moments de loisirs agréables que vous pouvez vous accorder, pratiquer 30 minutes d'exercices physiques par jour permet d'activer la circulation du sang et notamment des globules blancs, renforçant ainsi le système immunitaire : faire baisser la pression peut vous aider tout simplement à venir à bout d'un zona.

Traitement naturel du zona

En usage externe des HE désinfectantes et antivirales, ce qui en fait des substances naturelles actives contre les manifestations dermiques du zona.

  • HE de Palmarosa est remarquablement efficace en cas de problèmes cutanés, mycosiques, cicatriciels et eczémateux. Elle régule la transpiration
  • HE de Niaouli présente des qualités décongestionnantes veineuses et radioprotectrices, freinant le vieillissement de la peau. C'est un antiseptique.
  • HE de Tea Tree est une des HE les plus polyvalentes en aromathérapie ; elle est antibactérienne puissante à large spectre, fongicide, antivirale et immunostimulante.
  • HE de Bois de Rose a été sélectionnée pour ses propriétés anti-infectieuse, antifongique et antivirale, mais aussi pour sa très bonne tolérance pour la peau et sa capacité régénératrice cellulaire.
  • HE de Clou de Girofle est un stimulant général, un excellent antalgique et possède des propriétés anti-oxydantes. C'est aussi une HE anti-infectieuse, antibactérienne puissante, antivirale et antifongique.
  • HE de Menthe des Champs, très riche en menthol est antalgique, resserre les parois des vaisseaux et augmente l'activité des HE qui lui sont associées
De nombreuses  plantes  et substances naturelles en usage interne ont une action anti-oxydante,  anti-inflammatoire et antidouleur. Nous traiterons  ici  uniquement de quelques  plantes qui dans notre expérience ont apporté un soulagement de  l'inflammation....
  • La boswélie (Boswellia serrata) : l'acide  boswellique  montre  une activité anti-inflammatoire  par  inhibition de la lipooxygénase et de  la  synthèse des  leucotriènes
  • Le gingembre (Zinziber officinalis) : son effet  anti-inflammatoire est dû  à l'inhibition des enzymes cyclo-oxygénases et  lipooxygénases.
  • La griffe du chat (Uncaria tomentosa) exerce  une action anti-inflammatoire en inhibant la prostaglandine E2 et le « tumor necrosis factor-alpha ».
  • La Bétaïne pour son action de stimulation de la production naturelle de s-adénosylmethionine : appelée classiquement SAMe, elle est réputée active dans la dépression. Mais des études récemment publiées montrent une action significative sur la douleur par action sur les neurotransmetteurs. En outre, elle stimule la synthèse des protéoglycanes des cartilages. Elle réduit les inducteurs de cytokine et inhibe de manière efficace les COX-2. Favoriser sa production naturelle par un apport suffisant de Bétaïne Glycine Base sera non seulement plus économique mais surtout plus efficace qu'un apport externe du fait d'une assimilation directe et donc physiologique
  • Le curcuma (Curcuma longa) diminue les symptômes inflamatoires.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Associé(s) utilement par exemple avec...

Bibliographie

* Schmader K, George LK, et al. Race and stress in the incidence of herpes zoster in older adults. J Am Geriatr Soc. 1998 Aug;46(8):973-7.