traitement naturel Mycose des pieds

Traitement naturel pour Mycose des pieds

Les mycoses des pieds et plus généralement cutanées sont causées soient par des levures (candida albicans) ou des champignons (Pityrosporum orbiculare, dermatophytes),s'accompagnant souvent de démangeaisons et d'une gêne esthétique plus ou moins prononcée

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-05-04 12:02:20

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Par Marie-Christine LANGGUTH CUEVA
Naturopathe - Iridologue - Nutrithérapie

Introduction au traitement naturel de mycoses des pieds 

Une meilleure hygiène corporelle, associée à un traitement local ou par voie orale, peuvent permettre de diminuer les effets des mycoses cutanées, aidés en cela par une alimentation plus spécifique.

Les mycoses cutanées sont causées soient par des levures (candida albicans) ou des champignons (Pityrosporum orbiculare, dermatophytes),s'accompagnant souvent de démangeaisons et d'une gêne esthétique plus ou moins prononcée. Les champignons présents naturellement à la surface de la peau prolifèrent rapidement en atmosphère chaude et humide. Ils sont favorisés par les irritations ou les plaies cutanées d'où leur plus grande fréquence chez les patients obèses, mais aussi en cas de troubles circulatoires (insuffisance veineuse sévère, diabète). Une meilleure hygiène corporelle, associée à un traitement local ou par voie orale, peuvent permettre d'en diminuer les effets, aidés en cela par une alimentation plus spécifique.

Opter pour une alimentation plus alcanisante, c'est possible

  • La mycose cutanée peut tout aussi bien toucher les parties génitales, les ongles, la bouche, les pieds voir les organes internes ( surtout les poumons), ses symptômes étant souvent en relation avec une acidité du corps, propice et indispensable au développement desdits champignons. En limitant voir en évacuant l´acidité stockée dans le corps, le pH (potentiel hydrogène) du terrain pathologique devient alors plus alcalin, ce qui permet de couper les « vivres » en quelque sorte. Un équilibre acido-basique dans le corps peut donc permettre d'obtenir une solution en cas de mycoses.
  • Veillez à limiter le plus possible les aliments acidifiants dont les principaux sont représentés par les viandes rouges, les produits laitiers, les aliments raffinés blancs (sucre, farine, pain ), les conserves, les sodas, les produits salés (charcuteries, biscuits apéritifs, oléagineux salés),les fruits acidifiants ainsi que leurs jus (orange, abricot, pruneau, rhubarbe), les noisettes et noix sèches ainsi que les pistaches, les légumes riches en acide oxalique (asperge, artichaut, chou de Bruxelles, oignon, oseille, blette, épinard), les légumineuses ( èves, haricots secs, lentilles sèches, pois cassés), le blanc d'œuf (mais pas le jaune), l'alcool, le cacao, les condiments et toutes les pâtisseries et viennoiseries.
  • Boostez votre assiette avec des aliments alcalins comme tout d'abord le citron, car bien qu'acide en bouche, il devient alcalin dans l'estomac, contribuant ainsi à neutraliser l'excès d'acidité dans l'organisme.
  • Côté fruit, faites la part belle à l'ananas, au melon, à la pastèque, à la clémentine, à la grenade, à la banane (mûre), à la poire ou à la pomme sans oublier les fruits rouges (fraise, cerise et raisin).
  • Version légumes, le chou-fleur et le brocoli sont tout à fait recommandables, tout comme l'aubergine, l'avocat, le champignon, la châtaigne, la chicorée, la betterave, les curcubitacés ( courge, courgette, potimarron, potiron, citrouille), les petits pois, la carotte, le panais, la pomme de terre, le topinambour, le céleri-rave ou le navet.
  • Les salades comme le pissenlit, la mâche (riche de plus en omégas 3), la laitue et la scarole sont à privilégier, agrémentées des oléagineux les plus alcalins qui soient, à savoir les amandes ainsi que les graines de soja, de citrouille ou de tournesol.
  • Les huiles vierges de pression à froid riches en oméga 3 (cameline, lin ou colza) sont à utiliser hormis pour la cuisson, car les acides gras deviennent alors trans. Optez plutôt pour une huile d'olive, toujours de 1ère pression à froid, qui convient parfaitement pour les cuissons. Et pour la préparation de la vinaigrette, rien de tel que le citron ou le vinaigre de cidre, moins acidifiant que les autres.
  • Les protéines sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme et peuvent être puisées dans les poissons gras, riches en omégas 3 comme le hareng, la sardine, le maquereau, le flétan ou le saumon sauvage. Les fruits de mer et les crustacés en sont de bonnes sources, tout comme les algues.
  • Privilégiez plutôt les eaux minérales basiques ou riches en bicarbonates, type Vichy Sainte Yorre Célestin. Mais faites-vous plaisir également avec des tisanes ou des infusions à base de thym, de sarriette, de menthe poivrée, de mélisse, de bourdaine ou d'artichaut, qui vont permettre une élimination des toxines au niveau du foie et de la vésicule biliaire.
  • La règle à adopter consiste donc à équilibrer les apports entre aliments acidifiants, qui sont majoritaires dans notre alimentation moderne, et ceux communément appelés alcanisants : si vous consommez un peu de fromage ou de la viande, pensez à y associer de ce fait une bonne part de légumes ou de salade.

Des substances naturelles pour un système immunitaire à booster

  • L'apparition de mycoses peut être due à une baisse de l'immunité, suite à une prise de traitements antibiotiques, par exemple, déséquilibrant ainsi la flore du tube digestif. En général, tout ce qui diminue l'immunité favorise la multiplication des champignons de type candida albicans. Par la consommation de probiotiques**, ces produits naturels qui permettent un apport de bactéries lactiques spécifiques à notre intestin, il est possible de réensemencer une partie de cette flore et donc de renforcer l'action du système immunitaire, la grande majorité des cellules de défense de notre organisme se situant dans les intestins. Tous les aliments lactofermentés, qui ont subi une fermentation par des bactéries lactiques, contiennent des probiotiques. C'est le cas notamment de la choucroute (surtout crue), des olives, du miso, du kéfir, de certains fromages ( roquefort), du tamari ou du shoyu (à base de soja)
  • Le zinc (15 mg par jour) et le cuivre (2 mg par jour) sont deux substances naturelles, des oligo-éléments souverains contre tous les virus et infections et qui aident également à chasser les mycoses par voie interne : les abats, les crustacés, les poissons, les fruits secs et les purées d'amande et de sésame ont des teneurs élevées en ces deux précieux éléments.

Des huiles essentielles comme remèdes naturels pour une synergie de principes actifs

  • HE de Palmarosa est remarquablement efficace en cas de problèmes cutanés, mycosiques, cicatriciels et eczémateux. Elle régule la transpiration.
  • HE de Niaouli présente des qualités décongestionnantes veineuses et radioprotectrices, freinant le vieillissement de la peau. C'est un antiseptique.
  • HE de Tea Tree est une des HE les plus polyvalentes en aromathérapie ; elle est antibactérienne puissante à large spectre, fongicide, antivirale et immunostimulante.
  • HE de Bois de Rose a été sélectionnée pour ses propriétés anti-infectieuse, antifongique et antivirale, mais aussi pour sa très bonne tolérance pour la peau et sa capacité régénératrice cellulaire.
  • HE de Clou de Girofle est un stimulant général, un excellent antalgique et possède des propriétés anti-oxydantes. C'est aussi une HE anti-infectieuse, antibactérienne puissante, antivirale et antifongique.
  • HE de Menthe des Champs, très riche en menthol est antalgique, resserre les parois des vaisseaux et augmente l'activité des HE qui lui sont associées

Où en est votre stress ?

Le stress peut également à contribuer à rendre le système immunitaire moins opérationnel. Un traitement naturel pour apprendre à gérer le stress peut avoir une incidence positive sur l'éradication des mycoses, en pratiquant par exemple la relaxation, des respirations profondes plusieurs fois par jour ou une activité sportive en plein air régulièrement et ce, de façon modérée.

** Recommandations Pratiques : Probiotiques et Prébiotiques", Organisation mondiale de Gastroentérologie, mai 2008.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Associé(s) utilement par exemple avec...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...