traitement naturel Stress

Traitement naturel pour Stress

Traitement naturel Stress - Le stress : ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s'adapter à un événement donné. C'est le changement brutal qui est susceptible de déclencher un bouleversement psychique et mêm

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-11-19 11:26:41

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Dossier selon le Dr Van Snick 

Introduction au traitement naturel du stress 

Qu'appelle-t-on plantes ou substances adaptogènes ? 

Les plantes ou substances adaptogènes permettent de renforcer l'organisme, de s'adapter au « STRESS », et de guérir les désordres engendrés par celui-ci.

La définition du stress est prise au sens large comme une réaction neurophysiologique face à une situation trop pressante et névrosante vécue comme sans solution.

Ces substances  aident le corps à maintenir la santé en s'adaptant à l'environnement et au stress interne, en renforçant le système immunitaire, le système nerveux, et le système glandulaire.

" L' adaptogène est une substance pharmacologique capable d'induire, dans un organisme, un état de résistance augmentée non spécifique, permettant de contrebalancer les signaux de stress et de s'adapter à un effort exceptionnel" 

Lazarev 1957.

"  Les adaptogènes doivent renforcer le pouvoir non spécifique et la résistance contre les agents stresseurs, augmenter la capacité générale à affronter les situations de stress et donc exercer une certaine forme de protection à l'égard des maladies consécutives au stress"

Wagner 1994.

Les caractéristiques principales sont  l'innocuité et la non-toxicité ; elles ne créent pas de désordre dans les fonctions physiologiques du corps.

L'action est  non spécifique, elle n'est pas destinée à des pathologies bien précises mais plutôt à augmenter la résistance globale de l'organisme face à des perturbations externes ou internes  face à des conditions adverses de nature chimique, physique, biologique.

Cette action est  normalisante, elle ramène les activités corporelles au niveau normal, peu importe la nature du désordre, elle normalise les fonctions physiques en fonction des besoins de l'individu.

Elle permet à l'organisme de se modifier suivant les conditions d'existence pour en améliorer le fonctionnement tout en dépensant le minimum d'énergie. Elle renforce la résistance face aux influences négatives sans causer de désordre dans les fonctions physiologiques du corps.

Les plantes adaptogènes ne sont ni toniques, ni calmantes, elles agissent en permettant à l'individu de résister plus longtemps dans une situation de stress.

Elles sont donc indiquées en période d'examen, de surmenage professionnel, en convalescence infectieuse.

Comment peut-on définir le stress  ?

Se définit comme  les agressions que peut subir un organisme, qu'il s'agisse de facteurs physiques, psychiques ou sensoriels tels qu'un traumatisme, un choc chirurgical, un choc thermique, une maladie infectieuse, une émotion, une humiliation, un placement soudain dans un home, un décès, un surmenage, un licenciement  et les réponses de l'organisme à cette agression à savoir l'ensemble des phénomènes métaboliques ou viscéraux qu'elles peuvent provoquer.

Cette réponse est stéréotypée, elle déclenche chaque fois les mêmes mécanismes d'adaptation au niveau du cerveau et emprunte les mêmes voies ; la réponse biologique est toujours la même, excepté le fait que le cerveau est capable de distinguer si une situation est stressante ou non en fonction des ses programmes antérieurs.

Le stress revêt une connotation négative aux yeux du public.  Il est néanmoins nécessaire à la survie de l'homme. Le stress est un état d'équilibre dans un système dynamique.

Comparable à la bicyclette qui tient debout si l'on pédale, la "roue libre" ne peut fonctionner que peu de temps.  L'inclinaison de la pente à affronter appartient à chacun.  Certains sont capables de pédaler plus ou moins fort (Dr Sporcq )

Le travail est une des causes les plus fréquentes du stress.  On peut comparer le travail à une chaussure et le travailleur à un pied: si la chaussure est nouvelle, un temps d'adaptation est normal et nécessaire.  Si la chaussure est usée, il peut être temps de changer pour maintenir un certain stress positif.  Malheureusement, il existe des chaussures auxquelles le pied ne s'adapte jamais.

Les symptômes les plus fréquents du stress sont la fatigue, les troubles de la mémoire, l'anxiété, la nervosité, l'irritabilité les troubles du sommeil, les troubles sexuels, les problèmes gynécologiques retard ou interruption des règles, impuissance, diminution de fertilité.

Des troubles digestifs sont fréquents, la bouche est sèche, on retrouve des spasmes de l'œsophage, des ulcères. Des troubles cardio-vasculaires sont souvent notés de même que des troubles cutanés. Souvent les défenses immunitaires diminuent.

La sécrétion excessive de cortisol diminue la production de lymphocytes T (atrophie du thymus), inhibe la production d'interleukine 1 (activation des lymphocytes) et 2 (prolifération des cellules T activées par un Ag) et de l'interféron (produit par un lymphocyte T activé).

L'interféron augmente le récepteur Fc sur les macrophages, ce qui conduit alors à leur activation et augmente leur activité tueuse naturelle.

Le cortisol diminue donc l'activité cytolytique des cellules tueuses, les NK Natural Killer qui débarrassent l'organisme des cellules étrangères et cancéreuses.

Biologiquement 

Le rôle fondamental est joué par les glucocorticoïdes et les cellules pyramidales de l'hippocampe.

Le stress provoque une élévation significative du taux sanguin de cortisol.                

Les neurones qui sécrètent la CRH (Corticotrofin Releasing Hormone) et le locus coeruleus qui active le système adrénergique sont les moteurs de réponses adaptatives au stress

Deux voies interviennent dans la réponse au stress.  

D'abord, face à la menace, le système nerveux est stimulé, l'attention, la vigilance et les agressivités sont augmentés, tandis que les fonctions de veille, alimentation,...sont diminués.

La deuxième voie passe par une activation des glucocorticoïdes (corticosurrénales) avec comme conséquences, la réorientation du flux sanguin vers le système nerveux central et la mobilisation d'une énergie directe, la freination des défenses immunitaires de l'organisme et la  fixation des glucocorticoïdes dans les récepteurs de l'hippocampe avec effet biofeedback négatif empêchant les effecteurs du système nerveux central de fonctionner mettant fin à la réaction de stress.

Jusque là, il s'agit d'une réaction physiologique. 

Malheureusement la répétition des élévations du cortisol (stress fréquents et importants) entraîne une saturation et un épuisement des récepteurs de l'hippocampe provoquant un emballement du système.  La survie même des neurones de l'hippocampe, des cellules pyramidales est menacée.  Cette absence de contrôle entraîne une hypercortisolémie élevée chez plus de 50 % des gens stressés ou déprimés.

L'hippocampe est un véritable ordinateur qui confronte l'information présente aux expériences du passé imprimées dans notre cerveau. Toute atteinte de l'hippocampe a pour  conséquences  la dépression, l'altération des fonctions essentielles d'adaptation.

L'induction expérimentale des néoplasies, d'infections et de maladies auto-immunes est une des variables en plus étudiées en psychoneuroimmunologie.

Les facteurs individuels influencent la réceptivité et la réponse au stress.

Adaptation 

L'organisme tente de se modifier suivant les conditions de l'existence pour en améliorer le fonctionnement, tout en dépensant le minimum d'énergie. Cela lui permet de supporter les conséquences physiopathologiques qui en résultent, jusqu'à un certain point.

Le syndrome général d'adaptation comprend 3 phases :

• Une réaction d'alarme 

 l'organisme surpris par l'agression est choqué. Il y a production de catécholamines, le rythme du cœur augmente, les vaisseaux sanguins cutanés et viscéraux se contractent pour permettre au sang d'irriguer le cœur, les poumons, le cerveau et les muscles en priorité. La vigilance s'accroît, le tonus musculaire augmente, la glycémie également. Les symptômes varient suivant l'individu : agitation, perte de contrôle, élévation brutale de la tension, bouche sèche, battements de cœur et respiration accélérés, angoisse, envie d'aller à selle, nœud à l'estomac...

• Le stade de résistance 

L'organisme s'adapte et accroît ses défenses contre l'agression. Le corps tente de rétablir l'équilibre. Le rôle de la corticosurrénale est  essentiel. Le diencéphale agit sur l'hypophyse qui augmente sa sécrétion d'ACTH par le lobe antérieur. L'ACTH stimule la production par le cortex surrénalien de cortisol. Les sécrétions hormonales deviennent excessives si le stress perdure, les organes risquent de souffrir (lésion cardiaque, stomacale...), les défenses immunitaires de s'amoindrir. Pendant cette phase, l'organisme est plus vulnérable face à d'autres stress. L'effet cumulatif de différents stress les rendra plus difficilement supportables.

• Le stade d'épuisement

Si l'agression persiste avec intensité, il y a risque de mort. Les forces physiques et psychiques sont épuisées, la capacité de résistance de l'organisme s'effondre. Les maladies graves apparaissent. Il est heureusement peu de stress susceptibles d'entraîner la phase d'épuisement et la mort.

Actions et remèdes naturels à mettre en place pour combattre le stress 

Les protocoles à mettre en place seront de plusieurs ordres

A titre principal et concomitamment  il y a lieu de définir...

  • Une action préventive qui sera de type cardiovasculaire principalement.
  • Une action de type immunitaire importante
  • Une action anti-dépressivequi permettra une meilleure résistance au stress.

Complémentairement...

  • La régulation des glandes endocrines sera bien sûr un plus dans la lutte contre le stress.
  • Et dans certains cas, il sera important d'avoir une action tonique, relaxante ou sur le sommeil

A. A titre principal, et concomitamment 

1. l'action sur le plan cardio-vasculaire

Plusieurs études prouvent que des niveaux élevés d'homocystéine sont associés à une incidence plus élevée de maladie cardiaques (conférence DAN 1999 ).

La méthylation de l'homocystéine  abaisse le risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire.

Par ailleurs, un apport riche en acide gamma-linolénique et en acide linoléique est également bénéfique au niveau cardio-vasculaire.

2. L'action immunitaire 

Elle est destinée au renforcement des défenses immunitaires.

Nous ferons ici appel à différentes plantes et substances dont l'efficacité dans le domaine du renforcement des défenses immunitaires a été démontrée.

Associer ces éléments permet une action immunitaire essentielle dans le syndrome de désadaptation.

Certaines plantes ou substances naturelles peuvent consituer ne complémentation utile, le cas échéant,  lorsque le patient présente les troubles de...

  • fatigue physique et intellectuelle, impuissance, digestion difficile par l'action du Gingembre
  • hypercholestérolémie et hyperlipidémie, surcharge pondérale, diarrhée par l'action de Camelia sinensis
  • diabète léger par l'action de l'éleuthérocoque

3. L'action antidépressive  

Elle a pour objet de permettre une meilleure résistance au stress de l'organisme par ses potentialités propres.

Pour cela, il dispose d'un acide aminé naturel : la SAMe (S-adénosyl méthionine).

L'action ici consistera à permettre à l'organisme d'augmenter sa propre production de SAMe

Outre son action antioxydante, SAMe est notre antidépresseur naturel. Elle est utilisée dans la formation des neurotransmetteurs, dans celle des phospholipides comme la phosphatidylcholine ou la phosphatidylsérine et de la mélatonine.

Elle a également des effets bénéfiques sur les membranes neuronales. Elle augmente la fluidité des membranes cellulaires et améliore les neurotransmissions en augmentant le nombre de récepteurs de neurotransmetteurs disponibles.

Enfin, la SAMe améliore les liaisons des neurotransmetteurs aux sites récepteurs en augmentant l'activité de la sérotonine et de la dopamine.

En plus d'augmenter les niveaux de sérotonine pour améliorer des fonctions émotives, SAMe est essentiel pour un fonctionnement correct du régulateur du sommeil.

B. Complémentairement 

Dans certain cas, il pourra être accompagné d'un apport en magnésium, en ginkgo, en lécithine de soja et eschscholtzia lors

  • de contractures musculaires ou des spasmes par l'action du magnésium
  • d'une diminution des performances intellectuelles par le ginkgo
  • de difficultés de concentration par la lécithine de soja
  • de troubles du sommeil, ressassement par l'eschscholtzia

La régulation hormonale du stress sera bien sûr un plus dans la lutte contre le stress.

Recherches associées : anti stress naturel remede grand mere - anti stress naturel plantes - stress chronique traitement - médicament contre le stress sans ordonnance - anti stress naturel pharmacie - remede contre le stress des examens - comment combattre le stress naturellement - tension nerveuse traitement naturel 

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Documentation

Dossier

Bibliographie

1 - Carl Germano & Al - 1999. Arctic root (Rhodiola rosea) : the powerful new ginseng alternative. Mass Market Paperback

2 - Krendall FP & Al. 1995 - Examining the hepatoprotective effect of a preparation made from Rhodiola rosea culture biomass. Framatsiya. 44 (3): 35-8

3. Solomon N., 1999, The Noni phenomenon, Ed. Direct Source, ISBN 1-887938-87-7.

4.Elkins R., 1997, "Prize Herb of Tahiti and the South Pacific Noni (Morinda citrifolia)", Ed. Woodland Publishing, ISBN 1-885670-67-2.

5. Kraus J., Franz G., 1992, Immunomodulating effects of polysaccharides from medicinal plants, Adv. Exp. Med. Biol., 319, 299.

Therapeutic Research Faculty (Ed). Natural Medicines Comprehensive Database. www.naturaldatabase.com

6. Younos C., Rolland A., Fluerentin J., Lankers M., Misslin R., Mortier F., 1990, Analgesic and behavioural effects of Morinda citrifolia, Planta Med., 56, 430.

7. Morton J., 1992, The Ocean-going Noni, or Indian mulberry (Morinda citrifolia, Rubiaceae) and some of its colorful relatives, Economic Botany, 46, 241.

8.Monograph Ribes Nigri Folium ; Escop, July 1997

9.BRUNETON J. Pharmacognosie Phytochimie Plantes médicinales, Paris, Ed. Tec & Doc, 1993.

10.De smet p.a.g.m., Keller k., Hänsel r., Chandler r.f., Adverse effets of herbal Drugs, Berlin Ed.Springer-Verlag 1992.

11.ISERIN P., MASSON M., RESTELLINI J-P., Encyclopédie des plantes médicinales, Atelier d'édition européen, Larousse-Bordas, 1997.

12.PAMPLONA-ROGER G., Guide des plantes médicinales, Dammarie les Lys, Ed.Vie et Santé,1996. Tomes 1 et 2.

13.WICHTL M. et ANTON R., Plantes thérapeutiques, Paris, Ed. Tec & Doc, 1999.

14.Cd rom annale du congrès 2000 de phytothérapie IPI