traitement naturel Cancer Aide

Traitement naturel pour Cancer Aide

La phytothérapie peut constituer une aide en cas de cancer en atténuant les dommages collatéraux des traitements. Elle soutient l'organisme pendant les traitements et l'aide à la récupération à l'arrêt de ceux-ci.

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2018-01-28 13:32:56

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie

Dossier selon le Dr Van Snick

Introduction 

Pour atténuer les dommages collatéraux des traitements anti-cancer, la phytothérapie peut prendre le relais facilement et améliorer nettement le confort du malade et les troubles fonctionnels dus aux traitements classiques du cancer (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, chirurgie).
Le cancer correspond à une perte de reconnaissance d'une cellule par les autres. La cellule cancéreuse se libère du contrôle et se reproduit à un rythme excessif.

Les chimiothérapies et autres traitements actuels empêchent la reproduction des cellules qui se multiplient le plus rapidement et malheureusement pas que celles là.

Lors d'un traitement de ce type, les cellules du corps qui se reproduisent le plus vite (cellules cancéreuses, cheveux, globules blancs et rouges...) son tuées expliquant ainsi les effets secondaires subits par le patient.

Les nouvelles chimiothérapies, comme les anciennes, sont issues fréquemment du règne végétal même si les hémisynthèses sont fréquentes. Ainsi le taxol, taxotère est issu de Taxus bachata, la Galantamine du narcisse ou la colchicine de la colchique des prés ...

Même si ses traitements lourds sont de plus en plus précis et présentent moins d'effets secondaires qu'il y a quelques années, un traitement de soutien par la phytothérapie est indispensable.

L'élimination des cellules tuées qui intoxiquent le corps, les nausées, diarhhées, la fatigue peuvent être utilement combattues par quelques formules spécifiques et adaptées à cette problématique.

Prise en charge d'un malade cancéreux  

L'alimentation lors d'un cancer avéré doit rester la même qu'en prévention avec quelques exceptions comme par exemple , d'éviter en attendant des résultats complémentaires les isoflavones de soja lorsqu'il s'agit d'un cancer du sein avec des récepteurs ostrogéniques positifs .

Il est nécessaire d'utiliser des remèdes les moins toxiques possibles, les moins irritants possibles et d'une façon générale on préfèrera les formes sèches (poudre, extrait, nébulisat) et la forme tisane plutôt que les extractions alcooliques.

Avant le traitement (au moins une semaine) et pendant toute la durée du traitement 

  • Utiliser vitamine A, Centella asiatica Hydrocotyle, camomille matricaire Matricaria chamomilla souveraine par la richesse en chamazulène, gingembre Zingiber officinalis, quercétine, Carduus Marianus, gentiane Gentiana lutea, romarin Rosmarinus Off en vue de réduire les risques de cancer par effet antioxydant, accélérer la guérison des plaies en stimulant les fibroblastes l'épiderme et en favorisant la kératinisation (Les saponosides -asiaticosides- sont considérés comme les constituants actifs de la Centella asiatica et se sont révélés utiles dans le traitement des plaies atones et des plaies chirurgicales), apaiser l'inflammation de la partie supérieure du tractus gastro-intestinal, une action anti-nauséeuse, anti-inflammatoire et anti-tumorale, une action anti-inflammatoire, anticarcinogène et de soutiens immunitaires, la détoxification et réparation de l'épithélium hépatique, soutenir l'immunité et l'équilibre de la formule sanguine, la lutte contre l'accumulation de l'effet oxydatif des traitements

Dès la fin du traitement... 

C'est le travail le plus important et le plus négligé par les spécialistes oncologues.

La plupart du temps, après les différents traitements classiques arrivés à terme, on laisse le patient rentrer chez lui sans prendre le temps de restaurer l'état de santé de son organisme au mieux de sa forme.

Pourtant ce travail de restauration est très important et long.

  • Utiliser curcuma, poivre noir piper nigrum, uncaria tomentosa, lycopène, vitamine E, gotu kola, prêle Equisetum Arvense, échinacée pour prioritairement les effets anti-tumoraux, la lutte contre l'accumulation de l'effet oxydatif des traitements, la reminéralisation, la restauration de l'immunité

Conclusions 

Actuellement, le remplacement des thérapeutiques anticancers par des extraits de plantes n'est absolument pas conseillé. Des études plus poussées devront avoir lieu.

Le traitement anti-cancer nécessite l'usage de produits actifs, efficaces, souvent riches en effets secondaires mais standardisés et dont l'effet est documenté et répétitif.

Néanmoins la phytothérapie apporte une belle action complémentaire préventive des cancers , elle permet une meilleure tolérance des traitements , une lutte efficace contre les effets secondaires des traitements classiques , de même qu'une meilleure récupération lors de l'arrêt de ceux-ci.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention de prescription, à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Liens utiles

Bibliographie

Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer • 37 rue Pierre Lhomme 92400 Courbevoie.
Adverse Effects of Herbal drugs, vol 1, Ed Springer-Verlag
Alberts DS, Martinez ME, Roe DJ, et al. Lack of effect of a high-fiber cereal supplement on the recurrence of colorectal adenomas. Phoenix Colon Cancer Prevention Physicians' Network. N Engl J Med 2000;342:1156-62.
Ooi VE, Liu F. Immunomodulation and anti-cancer activity of polysaccharide-protein complexes. Curr Med Chem 2000;7:715-29.
Ross GD, Vetvicka V, Yan J, et al. Therapeutic intervention with complement and beta-glucan in cancer. Immunopharmacology 1999;42:61-74.
Zhang S, Hunter DJ, Forman MR, et al. Dietary carotenoids and vitamins A, C, and E and risk of breast cancer. J Natl Cancer Inst 1999;91:547-56.
Larsson SC, Bergkvist L, Wolk A. High-fat dairy food and conjugated linoleic acid intakes in relation to colorectal cancer incidence in the Swedish Mammography Cohort. Am J Clin Nutr 2005;82:894-900.
Terry P, Wolk A, Vainio H, Weiderpass E. Fatty fish consumption lowers the risk of endometrial cancer: a nationwide case-control study in Sweden. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2002;11:143-5.
Carson JW, Carson KM, Porter LS, et al. Yoga for women with metastatic breast cancer: results from a pilot study. J Pain Symptom Manage.
Fleischauer AT, Poole C, Arab L. Garlic consumption and cancer prevention: meta-analyses of colorectal and stomach cancers. Am J Clin Nutr 2000;72:1047-52.
Larsson SC, Wolk A. Tea consumption and ovarian cancer risk in a population-based cohort. Arch Intern Med 2005;165:2683-6.
Lissoni P, Cazzaniga M, Tancini G, et al. Reversal of clinical resistance to LHRH analogue in metastatic prostate cancer by the pineal hormone melatonin: efficacy of LHRH analogue plus melatonin in patients progressing on LHRH analogue alone. Eur Urol 1997;31:178-81.
Murkies A, Dalais FS, Briganti EM, et al. Phytoestrogens and breast cancer in postmenopausal women: a case control study. Menopause 2000;7:289-96.
Martin-Moreno JM, Willett WC, Gorgojo L, et al. Dietary fat, olive oil intake and breast cancer risk. Int J Cancer 1994;58:774-80.
Lappe JM, Travers-Gustafson D, Davies KM, et al. Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk: results of a randomized trial. Am J Clin Nutr 2007;85:1586-91.
Khaw KT, Bingham S, Welch A, et al. Relation between plasma ascorbic acid and mortality in men and women in EPIC-Norfolk prospective study: a prospective population study. European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition. Lancet 2001;357:657-63.
Jacobs EJ, Henion AK, Briggs PJ, et al. Vitamin C and vitamin E supplement use and bladder cancer mortality in a large cohort of US men and women. Am J Epidemiol 2002;156:1002-10.
Steuer-Vogt MK, Bonkowsky V, Ambrosch P, et al. The effect of an adjuvant mistletoe treatment programme in resected head and neck cancer patients: a randomised controlled clinical trial. Eur J Cancer 2001;37:23-31.
Sheng Y, Pero RW, Amiri A, Bryngelsson C. Induction of apoptosis and inhibition of proliferation in human tumor cells treated with extracts of Uncaria tomentosa. Anticancer Res 1998;18:3363-8
Sandoval M, Charbonnet RM, Okuhama NN, et al. Cat's claw inhibits TNFalpha production and scavenges free radicals: role in cytoprotection. Free Radic Biol Med 2000;29:71-78.