traitement naturel Prostatisme

Traitement naturel pour Prostatisme

L'hyperplasie bénigne (HBP) et l'adénome de la prostate sont très fréquents chez l'homme à partir de 50 ans. Elle représente la troisième cause de dépenses de soins de santé dans les pays industrialisés et ce d'autant plus que l'espérance de vie augmente.

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2018-01-28 15:41:26

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Selon Dr Van Snick

Introduction au prostatisme

L'hyperplasie bénigne (HBP) et l'adénome de la prostate sont très fréquents chez l'homme à partir de 50 ans. Elle représente la troisième cause de dépenses de soins de santé dans les pays industrialisés et ce d'autant plus que l'espérance de vie augmente.

Le repos, la vie sédentaire et l'abstinence sexuelle ont tendance à congestionner la prostate

Etiologie de l'HBP

Elle est incertaine et deux théories principales s'affrontent.

La première est la théorie hormonale qui défend un dérèglement de la production des androgènes, la seconde est la théorie stromale de Mac Neal selon laquelle certaines cellules stromales retourneraient spontanément vers un état embryonnaire, multipotentiel pouvant entraîner la formation de tissu glandulaire.

La prostate est un organe sous hormonoinfluence, tant aux oestrogènes qu'aux androgènes

L'accumulation des œstrogènes dans la prostate conduit à l'HBP, cette accumulation est due à la stimulation de l'aromatase intraprostatique liée à l'âge et qui transforme la testostérone en 17-béta-oestradiol, cet œstrogène fait croître le stroma prostatique et augmente le nombre de récepteurs androgéniques de la prostate.

Les androgènes agissent de manière différente. la prostate est sous contrôle de la DHT (dihydrotestostérone) qui agit sur les récepteurs androgènes de la prostate et s'accumulent dans le tissu prostatique. La DHT se lie à un récepteur androgène spécifique dans le cytoplasme de la cellule prostatique. Le complexe récepteur-DHT est transporté dans le noyau de la cellule prostatique, se lie au DNA , agit comme un facteur de transcription initialisant l'hypertrophie.

L'HBP touche 50% des hommes de peau blanche de plus de 60 ans contre 5 à 10% des hommes de peau jaune ou noire.

Elle est peu liée aux habitudes alimentaires et à l'environnement : de nombreux facteurs ont été incriminés mais peu d'entre eux ont été retenus.

L'hyperplasie correspond à une augmentation du nombre de cellules prostatiques donc à l'accroissement du volume prostatique tandis que l'hypertrophie vraie est augmentation de la taille des cellules. L'hyperplasie est en réalité un adénomyofibrome qui peut toucher chacun des tissus constitutifs de la prostate ; le tissu glandulaire correspond à l'adénome, le tissu musculaire au myome et le tissu conjonctif au fibrome.

Il faut rappeler qu'il n'y aucun lien entre cancer et hyperplasie de la prostate. Dans le cancer de la prostate, il s'agit d'un adénocarcinome, ne se développant pas au dépend des mêmes cellules. Le passage de l'un à l'autre n'existe pas, mais la cohabitation des deux est possible, et les symptômes peuvent être les mêmes.

Traitement naturel de l'hyperplasie bénigne de la prostate

Le traitement est totalement différent aussi et nous ne traiterons pas du cancer dans cet article.

L'HBP provoque un élargissement de la prostate et un rétrécissement de la voie urinaire amenant tout le cortège de symptômes qui l'accompagne (dysurie/nycturie/pollakyurie ; retard et affaiblissement du jet, rétention d'urine, miction en deux temps, retard à initier la miction, égouttement terminal, sensation de vidange vésicale incomplète, besoins urgent d'uriner, incontinence d'urgence....).

L'adénome prostatique est une excellente indication de la phytothérapie pour autant que le stade d'hypertrophie ne soit pas trop avancé ou que la répercussion sur la dynamique mictionnelle ou rénale ne soit pas péjorative (résidu vésical post-mictionnel trop important, hydronéphrose, vessie de lutte...)

Le traitement est multiple qui allie les différents axes d'action nécessaires :

  • antioxydante : diminue le vieillissement cellulaires et ralentit la prolifération cellulaires fibreuses de même que l'inflammation des voies urinaires.
  • inhibition du processus hormonal, réduction de la production de DHT en inhibant la 5-alpha-réductase et par blocage de la liaison entre la DHT et le récepteur androgène.
  • blocage des récepteurs aux oestrogènes de la prostate de la même manière qu'au niveau du sein chez la femme en présence d'œstrogènes. Il s'agira d'une action anti-oestrogénique par occupation des récepteurs oestrogéniques sans provoquer d'effet oestrogénique (donc comparable à un leurre) empêchant l'action des oestrogènes produits par l'aromatase prostatique sur le volume de la prostate.
  • anti-inflammatoire, effet inotrope et/ou décongestionnant sur le détrusor, au niveau du système enzymatique régulant le taux des hormones androgènes et/ou œstrogènes et surtout inhibant la transformation enzymatique de la testostérone en DHT, principal facteur de croissance du tissu prostatique, diminution de la production des leukotriènes
  • action anti-proliférative sur les fibroblastes et les cellules épithéliales de la prostate
  • amélioration de la contractibilité de la vessie
  • restauration de l’activité sécrétoire de l’épithélium de la prostate

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Bibliographie

Sanchiz F, Milla A, Artola N, et al. Prevention of radioinduced cystitis by orgotein: a randomized study. Anticancer Res, 1996;16(4A):2025-8.
Nielsen OS, Overgaard J, Overgaard M, et al. Orgotein in radiation treatment of bladder cancer. A report on allergic reactions and lack of radioprotective effect. Acta Oncol 1987;26:101-4.
Noor R, Mittal S, Iqbal J. Superoxide dismutase--applications and relevance to human diseases. Med Sci Monit 2002;8:RA210-5.
Valdes LJ 3rd, Diaz JL, Paul AG. Ethnopharmacology of ska Maria Pastora (Salvia divinorum, Epling and Jativa-M.). J Ethnopharmacol 1983;7:287-312.
Valdes LJ 3rd. Salvia divinorum and the unique diterpene hallucinogen, Salvinorin (divinorin) A. J Psychoactive Drugs 1994;26:277-83.
Siebert DJ. Salvia divinorum and salvinorin A: new pharmacologic findings. J Ethnopharmacol 1994;43:53-6.
Halpern JH. Hallucinogens and dissociative agents naturally growing in the United States. Pharmacol Ther 2004; 102:131-8.
The Review of Natural Products by Facts and Comparisons. St. Louis, MO: Wolters Kluwer Co., 1999.
McGuffin M, Hobbs C, Upton R, Goldberg A, eds. American Herbal Products Association's Botanical Safety Handbook. Boca Raton, FL: CRC Press, LLC 1997.
Gruenwald J, Brendler T, Jaenicke C. PDR for Herbal Medicines. 1st ed. Montvale, NJ: Medical Economics Company, Inc., 1998.
Foster S, Tyler VE. Tyler's Honest Herbal, 4th ed., Binghamton, NY: Haworth Herbal Press, 1999
Adlercreutz H, Mazur W, Bartels P, et al. Phytoestrogens and prostate disease. J Nutr 2000;130:658S-9S. Adlercreutz H, Mazur W, Bartels P, et al. Phytoestrogens and prostate disease. J Nutr 2000;130:658S-9S.
Magee PJ, Rowland IR. Phyto-oestrogens, their mechanism of action: current evidence for a role in breast and prostate cancer. Br J Nutr 2004;91:513-31.
Dalais FS, Meliala A, Wattanapenpaiboon N, et al. Effects of a diet rich in phytoestrogens on prostate-specific antigen and sex hormones in men diagnosed with prostate cancer. Urology 2004;64:510-5.
Gann PH, Ma J, Giovannucci E, et al. Lower prostate cancer risk in men with elevated plasma lycopene levels: results of a prospective analysis. Cancer Res 1999;59:1225-30.
Tzonou A, Signorello LB, Lagiou P, et al. Diet and cancer of the prostate: a case-control study in Greece. Int J Cancer 1999;80:704-8.
Giovannucci E, Ascherio A, Rimm EB, et al. Intake of carotenoids and retinol in relation to risk of prostate cancer. J Natl Cancer Inst 1995;87:1767-76.
Kucuk O, Sarkar FH, Sakr W, et al. Phase II randomized clinical trial of lycopene supplementation before radical prostatectomy. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2001;10:861-8.
Giovannucci E, Rimm EB, Liu Y, et al. A prospective study of tomato products, lycopene, and prostate cancer risk. J Natl Cancer Inst 2002;94:391-8.
Lu QY, Hung JC, Heber D, et al. Inverse associations between plasma lycopene and other carotenoids and prostate cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2001;10:749-56.
Matlaga BR, Hall MC, Stindt D, Torti FM. Response of hormone refractory prostate cancer to lycopene. J Urol 2001;166:613.
Norrish AE, Jackson RT, Sharpe SJ, Skeaff CM. Prostate cancer and dietary carotenoids. Am J Epidemiol 2000;151:119-23.