traitement naturel Parkinson

Traitement naturel pour Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui résulte de de la mort lente et progressive des cellules productrices de dopamine. La dopamine permet le contrôle du mouvement et influence également les sensations de plaisir et de désir.

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2018-05-21 11:47:08

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
Dossier selon le Dr Van Snick 

Introduction

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui résulte de la mort lente et progressive des cellules productrices de la dopamine. La dopamine permet le contrôle du mouvement et influence également les sensations de plaisir et de désir.

Le contrôle des mouvements est une balance entre dopamine et acétylcholine. Si cet équilibre est rompu, les tremblements, la rigidité et une perte de coordination apparaissent, de même que des gestes rigides, saccadés et incontrôlables. Par exemple, porter une tasse à ses lèvres avec précision et souplesse devient difficile.

Les traitements classiques permettent de diminuer les symptômes et de ralentir la progression de la maladie assez efficacement. On peut vivre avec le Parkinson pendant plusieurs années.

La maladie touche le plus la tranche d'âge entre 50 et 70 ans à raison de 2% de notre population européenne. De 5 à 10 % des personnes diagnostiquées avant 40 ans développent une forme précoce de la maladie de parkinson.

Causes de la maladie de Parkinson

La cause de la maladie de Parkinson reste inconnue dans la plupart des cas. Les facteurs génétiques et environnementaux interviennent, sans toujours pouvoir les définir clairement.

Polluants

Une exposition précoce ou prolongée à des polluants chimiques ou à des pesticides (par exemple, la roténone), la MPTP (1 - méthyle 4 - phényl 1, 2, 3, 6-tétrahydro pyridine) une drogue contaminant parfois l'héroïne, l'intoxication au monoxyde de carbone ou au manganèse sont des facteurs reconnus.

L'intoxication aux métaux lourds

Le fait que l'on puisse observer des signes et mécanismes d'évolution des manifestations cliniques du syndrome de Parkinson dans des cas d'empoisonnements par manganèse (Mn), fer (Fe), cuivre (Cu) et zinc (Zn), ainsi que dans des cas d'intoxication au monoxyde de carbone et de carence en magnésium (Mg), a attiré l'attention sur le rôle des métaux « lourds ».

Il semble de plus en plus reconnu et admis que la présence de ces métaux lourds dans l'organisme puisse jouer un rôle significative dans la pathogénèse de maladies neurodégénératives en favorisant et amplifiant la formation de radicaux libres capables de provoquer des bris d'ADN et des lésions neuronales et mitochondriales.

En 2012, le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides est officiellement reconnu 

Symptômes du syndrome de Parkinson

Dans 70 % des cas, le premier symptôme consiste en des tremblements rythmiques non contrôlables d'une main, puis de la tête et des jambes, se manifestant plus particulièrement au repos ou en période de stress. Mais 25 % des malades ne présentent aucun tremblement.

Souvent s'associent à ce tremblement de la dépression et de l'anxiété.

Traitements naturels du Parkinson

Des mesures sont à prendre, liées au mode de vie

Rester actif et faire de l'exercice, pratiquer les techniques de relaxation, la prévention des chutes est importante, quant à l'alimentation elle doit être riche en fruits, légumes et céréales entières qui fournissent des antioxydants naturels protecteurs, manger beaucoup de fibres alimentaires ce qui favorise un meilleur transit intestinal, la réduction d'acides gras saturés (les viandes rouges, les produits laitiers, l'huile de palme et de noix de coco, etc.), et boire beaucoup

Médication naturelle

Même si les traitements naturels ne permettent pas la guérison d'une maladie de Parkinson, associés aux médicaments antiparkinsoniens (les précurseurs de la dopamine, les IMAO, les agonistes dopaminergiques et autres médicaments antiparkinsoniens) ils amènent à une meilleure évolution et à un confort de vie renforcé.

Dans ce sens, par son action combinée antioxydante, de stimulation des facultés cognitives, relaxante, revitalisante, antidépressive, anti-inflammatoire, de supplémentation vitaminique très spécifique, de dépollution d'organisme et de détoxication des métaux lourds, la synergie entre les substances suivantes permettra une meilleure couverture préventive des facteurs de risque et améliorera la qualité de vie dès les premiers symptômes ; sa composition :

  • Camellia sinensis, riche en théine : cette plante semble avoir un effet préventif par rapport à la maladie de Parkinson, son effet antioxydant ralentit son évolution. Son effet stimulant redonne de la vivacité sans augmenter les tremblements.
  • Pépins de raisin : ils renferment des bioflavonoïdes comme le Procyanidolic Oligomers (PCO) à taux très élevé. Ces substances permettent de lutter contre les facteurs du vieillissement, les radicaux libres. Il s'agit d'antioxydants 50 fois plus efficaces que la vitamine E
  • Le cacao continent des tannins, et alcaloïdes dont la théobromine et la caféine. Il est stimulant et agit en améliorant le moral et les facultés cognitives, il fait légèrement perdre du poids et stimule l'activité motrice sans augmenter les tremblements. Son équilibre en acide gras lui confère une action anti-inflammatoire. Son action antidépressive est due à l'inhibition de MAO (monoamine oxydase).
  • Gentiana lutea , les racines sont utilisées pour leur richesse en triterpènes et xanthone. La plante est relaxante, elle diminue les tremblements sans provoquée de sédation. La Xanthone exerce une action antidépressive par l'inhibition des MAO au même titre que le cacao ; l'inhibition s'exerce préférentiellement les MAO-B
  • Acide R-Alpha lipoïque : C'est un antioxydant très puissant mais il est aussi un capteur de métaux lourds de par ses deux groupes thiols ; il s'agit d'un acide octanoïque, donc un acide gras, dont les atomes d'hydrogène des carbones 6 et 8 sont remplacés par un pont disulfure (-S - S-). Il fait partie des vitamines du groupe B. Son rôle est primordial dans le métabolisme énergétique. En effet, il est le cofacteur de la pyruvate déshydrogénase et se retrouve sous le forme réduite avec deux -SH après avoir effectué son rôle catalytique au niveau du cycle de Krebs. 
  • Glutathion : Le glutathion A est un tripeptide - le γ glutamyl-cysteinyl-glycine - cofacteur de la destruction des radicaux libres de l'oxygène (RLO). Lors d'une intoxication par des métaux lourds son activité est bloquée. De plus, les métaux lourds inhibent le métabolisme de la mitochondrie dont le rôle est de réduire l'oxygène en eau. Cette inhibition du métabolisme mitochondrial conduit à la formation de RLO. Un apport de glutathion réduit (GSH) permet de maintenir un taux normal de RLO. Notons aussi que le GSH intervient dans la synthèse de la prostaglandine H2 régulant ainsi les inflammations
  • La vitamine D, une étude des Drs Marian L. Evatt, M.D et collègues, parue dans le journal médical Archives of Neurology d'octobre 2008, montre que les patients souffrant de maladie de Parkinson sont déficients en vitamine D. Ce lien entre le risque de développer la maladie de Parkinson et un taux bas de vit D a été confirmé. Une supplémentation est quasi toujours indiquée.
  • La Vitamine B6 est un support pour le système nerveux important dans le fonctionnement du cerveau et l'activité enzymatique. 
  • La vitamine C sous forme d'Acerola vingt fois plus riche que les oranges, apporte une supplémentation en antioxydant favorable au ralentissement de la maladie.

Une modification est prévue à terme par le remplacement dès que possible de l'OPC par Mucuna pruriens. En effet, cette plante contient une multitude de principes actifs parmi lesquels de la nicotine et de la sérotonine. Les scientifiques ont également isolé dans cette plante, en 1936, la L-dopa (L-dihydroxyphenylanine), principal précurseur du neurotransmetteur dopamine qui pour rappel est l'un des traitements des plus efficaces dans la maladie de parkinson. Malheureusement cette plante n'est pas encore autorisée en Europe.

Précaution d'usage, il faut séparer la prise de ses remèdes de celle de la L-Dopa, car la vitamine B tout en étant extrêmement favorable à la maladie, diminue l'effet de la L-Dopa lorsqu'elle est prise en même temps.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention de prescription, à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

Associé(s) utilement par exemple avec...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Documentation

Bibliographie

Ross GW, Abbott RD, Petrovitch H, et al. Association of coffee and caffeine intake with the risk of parkinson disease. JAMA 2000;283:2674-9.

Ascherio A, Zhang SM, Hernan MA, et al. Prospective study of caffeine intake and risk of Parkinson's disease in men and women. Proceedings 125th Ann Mtg Am Neurological Assn. Boston, MA: 2000;Oct 15-18:42 (abstract 53).

Ross GW, Abbott RD, et al. Association of coffee and caffeine intake with the risk of parkinson.JAMA, 2000 May 24-31;283(20):2674-9.

Ascherio A, Zhang SM, et al. Prospective study of caffeine consumption and risk of Parkinson's disease in men and women.Ann Neurol. 2001 Jul;50(1):56-63.

Williams A, Gill S, et al. Deep brain stimulation plus best medical therapy versus best medical therapy alone for advanced Parkinson's disease (PD SURG trial): a randomised, open-label trial. Lancet Neurol. 2010 Jun;9(6):581-591. Epub 2010 Apr 29.

Storch A, Jost WH, et al. Randomized, double-blind, placebo-controlled trial on symptomatic effects of coenzyme Q 10 in Parkinson disease. Arch Neurol. 2007 Jul;64(7):938-44. Epub 2007 May 14.
Toxicological Review 25 : 147-154, 2007
Relationship between blood levels of heavy metals and Parkinson's disease in China.

Neuroepidemiology 2010; 34(1); 18-24
Manganese and its role in Parkinson's disease: from transport to neuropathology Neuromolecular Med. 2009; 11(4):267

Role of copper in human neurological disorders.
Am J Clin Nutrition. 2008 Sep; 88(3): 855S-8S

Paganini-Hill A. Risk factors for Parkinson's disease: the leisure world cohort study.Neuroepidemiology. 2001 May;20(2):118-24.

Hernan MA, Takkouche B, et al. A meta-analysis of coffee drinking, cigarette smoking, and the risk of Parkinson's disease. Ann Neurol. 2002 Sep;52(3):276-84.

Ascherio A, Chen H, et al. Caffeine, postmenopausal estrogen, and risk of Parkinson's disease. Neurology. 2003 Mar 11;60(5):790-5.

Betarbet R, Sherer TB, et al. Chronic systemic pesticide exposure reproduces features of Parkinson's disease. Nat Neurosci. 2000 Dec;3(12):1301-6.

O'Suilleabhain PE, Dewey RB Jr. Contributions of dopaminergic drugs and disease severity to daytime sleepiness in Parkinson disease. Arch Neurol juin 2002;59:986-9.

Zhang SM, Hernan MA, et al. Intakes of vitamins E and C, carotenoids, vitamin supplements, and PD risk. Neurology. 2002 Oct 22;59(8):1161-9.
Schuurman AG, van den Akker M, et al. Increased risk of Parkinson's disease after depression: a retrospective cohort study. Neurology. 2002 May 28;58(10):1501-4.

Behari M, Srivastava AK, et al. Risk factors of Parkinson's disease in Indian patients. J Neurol Sci. 2001 Sep 15;190(1-2):49-55.

Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions - Parkinson's disease, MayoClinic.com. [Consulté le 4 mai 2010]. www.mayoclinic.com

Shults CW, Oakes D, et al. Effects of coenzyme Q10 in early Parkinson disease: evidence of slowing of the functional decline. Arch Neurol. 2002 Oct;59(10):1541-50.

Shults CW, Haas RH, et al. Coenzyme Q10 levels correlate with the activities of complexes I and II/III in mitochondria from parkinsonian and nonparkinsonian subjects. Ann Neurol. 1997 Aug;42(2):261-4.

Liang XB, Liu XY, et al. Long-term high-frequency electro-acupuncture stimulation prevents neuronal degeneration and up-regulates BDNF mRNA in the substantia nigra and ventral tegmental area following medial forebrain bundle axotomy. Brain Res Mol Brain Res. 2002 Dec 16;108(1-2):51-9.
Heiss C, Dejam A, Kleinbongard P, et al. Vascular effects of cocoa rich in flavan-3-ols. JAMA 2003;290:1030-1.
Kris-Etherton PM, Derr J, Mitchell DC, et al. The role of fatty acid saturation on plasma lipids, lipoproteins, & apolipoproteins: I. Effects of whole food diets high in cocoa butter, olive oil, soybean oil, dairy butter, & milk chocolate on the plasma lipids of young men. Metabolism 1993;42:121-9.
Shulman LM, Wen X, et al. Acupuncture therapy for the symptoms of Parkinson's disease. Mov Disord. 2002 Jul;17(4):799-802.

Quik M, Kulak JM. Nicotine and nicotinic receptors; relevance to Parkinson's disease. Neurotoxicology. 2002 Oct;23(4-5):581-94. Review.

Walton-Hadlock J. Primary Parkinson's disease : the use of Tuina and acupuncture in accord with an evolving hypothesis of its cause from the perspective of Chinese traditional medicine--Part 2. Am J Acupunct 1999;27(1-2):31-49.
Stallibrass C, Sissons P, Chalmers C. Randomized controlled trial of the Alexander technique for idiopathic Parkinson's disease. Clin Rehabil. 2002 Nov;16(7):695-708.

Novey Donald W. (Dir). Clinician's Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, Mosby, États-Unis, 2000, p.353.

Lafontaine Denis. La maladie de Parkinson : « Avant-première » des résultats d'une recherche. Le Massager, mai 2001, p. 22-23. Texte reproduit sur PasseportSanté.net avec la permission de l'auteur Denis Lafontaine.

Duval C, Lafontaine D, et al. The effect of Trager therapy on the level of evoked stretch responses in patients with Parkinson's disease and rigidity. J Manipulative Physiol Ther. 2002 Sep;25(7):455-64.

Thaut MH, McIntosh GC, et al. Rhythmic auditory stimulation in gait training for Parkinson's disease patients. Mov Disord. 1996;11(2):193-200.

Kneafsey R. The therapeutic use of music in a care of the elderly setting: a literature review. J Clin Nurs. 1997;6(5):341-6.
Toriumi Y, Kakuda R, Kikuchi M, et al. New triterpenoids from Gentiana lutea . Chem Pharm Bull (Tokyo) 2003;51:89-91
Tomic M, Tovilovic G, Butorovic B, et al. Neuropharmacological evaluation of diethylether extract and xanthones of Gentiana kochiana. Pharmacol Biochem Behav 2005;81:535-42
Haraguchi H, Tanaka Y, Kabbash A, et al. Monoamine oxidase inhibitors from Gentiana lutea. Phytochemistry 2004;65:2255-60

Pacchetti C, Mancini F, et al. Active music therapy in Parkinson's disease: an integrative method for motor and emotional rehabilitation. Psychosom Med. 2000;62(3):386-93.

Bernatzky G, Bernatzky P, et al. Stimulating music increases motor coordination in patients afflicted with Morbus Parkinson. Neurosci Lett. 2004;361(1-3):4-8.
Tan LC, Koh WP, et al. Differential effects of black versus green tea on risk of Parkinson's disease in the Singapore Chinese Health Study. Am J Epidemiol. 2008 Mar 1;167(5):553-60
HP-200 in Parkinson's Disease study group. An alternative medicine treatment for Parkinson's disease: Results of a multicenter clinical trial. J Alt Comp Med 1995;1:249-55.

Savaskan E. et al. Red wine ingredient resveratrol protects from beta-amyloid neurotoxicité. Gerontology 2003; 49: 380-3.

Chanvitayapongs S. et al. Amelioration of oxidative stress by antioxidants and resveratrol in PC12 cells. Neuroreport 1997; 8: 1499-502.