traitement naturel Goutte

Traitement naturel pour Goutte

Cette pathologie atteint principalement l’homme actif, stressé, s’alimentant mal, abusant des plaisirs de la table et sédentaire. Il présente un excès pondéral et son foie et son pancréas sont fort sollicités. Il a tendance à l’H.T.A. et son intestin est

Direction scientifique, Dr J. Burgos
Medecin - Acupuncture 

Mise à jour : 2019-01-10 16:03:47

Sommaire

Phytothérapie

Phytothérapie
par Dr Van Snick

Qu'est-ce que la goutte ? 

La goutte touche 1 à 2% des adultes. Cette pathologie atteint principalement l'homme actif, stressé, s'alimentant mal, abusant des plaisirs de la table et sédentaire. Il présente un excès pondéral et son foie et son pancréas sont fort sollicités. Il a tendance à l'H.T.A. et son intestin est irrité par des déséquilibres alimentaires chroniques. Un drainage rénal sera toujours le bienvenu d'autant que l'acide urique intoxique le parenchyme rénal.

Plus de 80% des goutteux sont des hommes (le plus souvent entre 50 et 60 ans), les femmes sont presque exclusivement touchées après la ménopause, les œstrogènes étant uricosuriques.

Nous ne sommes pas tous égaux face à la goutte. Des facteurs génétiques (gènes codant pour les transporteurs urinaires d'acide urique) sont en cause et potentialisent les effets d'une mauvaise hygiène alimentaire.

La goutte est une affection due à une surcharge de l'organisme en acide urique. Elle se traduit cliniquement par des atteintes articulaires inflammatoires, et biologiquement, par une hyperuricémie (plus de 70 mg/l d'acide urique dans le sang). La crise de goutte touche particulièrement certaines régions telles le gros orteil, la région du coude et les cartilages du pavillon de l'oreille, elles sont la plupart du temps monoarticulaires.

La goutte s'installe insidieusement. Les crises, d'abord brèves et localisées, deviennent plus fréquentes, d'intensité moindre, de durée plus longue.

Les conséquences de cet excès d'acide urique peuvent aboutir aussi à une lithiase rénale. L'acide urique vient essentiellement de l'alimentation mais aussi de la synthèse organique. Il est en majeure partie éliminé par les reins, mais une petite partie passe dans les selles. L'acide urique en excès dans le sang se dépose soit au niveau des reins, à l'origine des calculs rénaux, soit au niveau des articulations pour donner la goutte. Une mauvaise élimination rénale d'acide urique, par défaut de diurèse, entraîne son accumulation. Cette insuffisance de la sécrétion et de l'excrétion urinaire est la première cause des lithiases.

Le déséquilibre du régime alimentaire est également générateur de goutte. Ce sont surtout les viandes par leur richesse en protéines qui sont responsables. Plus rarement on retrouve les leucémies et les anémies hémolytiques qui provoquent par destruction des cellules une accumulation d'acide urique. De la même manière, les chimiothérapies anti-cancéreuses entraînent une élévation du taux d'acide urique dans le sang. L'hyperuricémie peut aussi survenir, de façon transitoire, après un traitement diurétique prolongé ou après une utilisation abusive de laxatif. Il existe aussi une certaine prédisposition familiale à l'hyperuricémie.

Manifestations cliniques de la goutte

Les prodromes sont inconstants. Ils surviennent un à trois jours avant la crise et s'accompagnent parfois d'une sensation de gêne du gros orteil.

Lors de la crise, au niveau articulaire, des douleurs vives apparaissant la nuit, aggravées au moindre contact et par toute tentative de mobilisation, souvent un œdème dur, inflammatoire, de constitution rapide et une rougeur de l'articulation. La chaleur locale, des battements, une dilatation veineuse du voisinage sont constantes

Après la crise, la douleur régresse soit sous l'effet du traitement, soit spontanément en quelques jours (5 à 10 jours).

Quels sont les facteurs déclenchants ?

Les facteurs déclenchants sont nombreux et variés, sont impliqués la consommation de fructose (sodas), les excès alimentaires d'aliments riches en purine , la consommation alcoolique, un traumatisme local, les infections aigues, l'alitement, une intervention chirurgicale ,la mise en route d'un traitement hypouricémiant sans prévention par la colchicine, certains médicaments (diurétiques, Aspirine et salicylés à faible dose, oméprazole, pyrazinamide, chimiothérapie anticancéreuse, ciclosporine...)

Les accès sont récidivants et, en l'absence de traitement, apparait un tophus (dépôt cutané d'acide urique). Les tophi se manifestent par des tuméfactions de taille croissante, fermes à la palpation, blanchâtres et indolores.

A la longue ces dépôts peuvent provoquer des complications articulaires: enraidissement, douleurs chroniques, déformation, destruction des articulations

La principale complication est rénale avec des lithiases urinaires et une néphropathie goutteuse (dépôt d'urate dans le rein), conduisant à un risque d'insuffisance rénale.

Diagnostic

Le taux d'acide urique dans le plasma ne permet ni de confirmer, ni d'exclure le diagnostic de goutte. Un patient ayant une hyperuricémie peut ne pas développer la maladie, et l'hyperuricémie peut être normale au cours d'un accès aigu. Toutefois, l'uricémie sert de guide au traitement. Le traitement est considéré comme efficace si le taux d'acide urique est inférieur à 60mg/l (360µmol/L).

Les bilans inflammatoires montrent une vitesse de sédimentation et des Protéine C réactives élevées.

Le liquide articulaire prélevé par ponction, met en évidence la présence de cristaux d'acide urique ce qui signe le diagnostic.

Le surpoids et l'obésité sont des facteurs de risque d'hyperuricémie. Il faut donc veiller à corriger la surcharge pondérale.

Certains médicaments sont à éviter chez le goutteux car ils aggravent ou peuvent déclencher une crise de goutte: diurétiques, aspirine, salicylés à faible dose, oméprazole, ...

Pour limiter la douleur

Le repos au lit avec, si possible, un arceau de lit au-dessus du pied. Il faut modérer l'exercice musculaire car il peut entrainer une augmentation de l'uricémie (liée à une hyperlactacidémie) et immobiliser l'articulation touchée.
Localement, on peut appliquer du froid (poche de glace ou gel pack) 3 fois par jour pendant 20 minutes ce quit de compléter l'action antalgique des médicaments.

Traitement de la goutte par les plantes médicinales

En complément à un régime adapté, en dehors des traitements classiques, le traitement de la goutte ne peut être qu'un traitement prolongé. Il doit débuter un mois après la dernière crise de goutte car l'effet de drainage pourrait engendrer une nouvelle crise s'il démarrait trop tôt.

Les plantes choisies pour cette stratégie :

  • La vitamine C a un effet uricosurique à la dose journalière recommandée de 500 mg/jour, idéalement sous forme d'acerola.
  • Harpagohytum procumbens , son action antiinflammatoire due aux harpagosides est bien connue.
  • Ribes nigrum, le Cassis (feuilles). Les feuilles de cassis sont riches en flavonoïdes et en vitamines C et P. Elle possède une action anti-inflammatoire couplée à une action diurétique qui favorise l'élimination des déchets de l'organisme (acide urique, acide lactique, toxines).
  • Fraxinus excelsior : le frêne, on  utilise sa  feuille  dans cette indication. Elle contient des   flavonoïdes, de l’acide  malique. La feuille est diurétique et uricosurique, elle est indiquée dans les rhumatismes et goutte. Ses propriétés diurétiques et anti-inflammatoires sont attribuées à ses composés polyphénoliques.

Nos conseils et expérience en phytothérapie

produits naturels à prendre Préambule : Le choix des produits décrits ou des substances qui les composent est le fait de notre expérience et celle de nos confrères auteurs de leurs publications quant à leurs propriétés reconnues en phytothérapie en vue d'une aide réelle à la résolution de cette pathologie ; ces conseils sont délivrés à titre d'exemple, de façon non exhaustive et ne doivent pas priver l'internaute de procéder aux recherches qui lui semblent nécessaires. Par ailleurs, nos conseils ne remplacent ni ne doivent vous priver d'une consultation ou de nous contacter pour toute information complémentaire utile conformément aux conditions générales d'utilisation de notre site .

En première intention à titre d'exemple, le(s) produit(s)...

D'autres exemples de substances ou produits intéressant(e)s à connaître ici, comme...

Conseils en nutrition

Phytothérapie

Bibliographie

http://www.wikiphyto.org/
Strehl E, Schneider W, Elstner EF. Inhibition of dihydrofolate reductase activity by alcoholic extracts from Fraxinus excelsior, Populus tremula and Solidago virgaurea. Arzneimittelforschung. 1995 Feb;45(2):172-3.
Chrubasik S, Pollak S. Pain management with herbal antirheumatic drugs. Wien Med Wochenschr. 2002;152(7-8):198-203.
Søren Damtoft, Henrik Franzyk, Søren Rosendal Jensen. Excelsioside, a secoiridoid glucoside from Fraxinus excelsior. Phytochemistry, Volume 31, Issue 12, December 1992, Pages 4197-4201
Klein-Galczinsky, C. [Pharmacological and clinical effectiveness of a fixed phytogenic combination trembling poplar (Populus tremula), true goldenrod (Solidago virgaurea) and ash (Fraxinus excelsior) in mild to moderate rheumatic complaints]. Wien.Med Wochenschr. 1999;149(8-10):248-253.
Kostova, I. Fraxinus ornus L. Fitoterapia 2001;72(5):471-480.
Ji, W., Zhu, X. X., Tan, W. F., and Lu, Y. Effects of Rebixiao granules on blood uric acid in patients with repeatedly attacking acute gouty arthritis. Chin J Integr.Med 2005;11(1):15-21.
32499 von Kruedener, S., Schneider, W., and Elstner, E. F. A combination of Populus tremula, Solidago virgaurea and Fraxinus excelsior as an anti-inflammatory and antirheumatic drug. A short review. Arzneimittelforschung 1995;45(2):169-171. View abstract.
Chantre P, Cappelaere A, Leblan D, et al. Efficacy and tolerance or Harpagophytum procumbens versus diacerhein in treatment of osteoarthritis. Phytomedicine 2000;7:177-83.
Chrubasik S, Sporer F, Dillmann-Marschner R, et al. Physicochemical properties of harpagoside and its in vitro release from Harpagophytum procumbens extract tablets. Phytomedicine 2000;6:469-73.
Gagnier JJ, Chrubasik S, Manheimer E. Harpgophytum procumbens for osteoarthritis and low back pain: a systematic review. BMC Complement Altern Med 2004;4:13.
Wegener T, Lupke NP. Treatment of patients with arthrosis of hip or knee with an aqueous extract of devil's claw (Harpagophytum procumbens DC). Phytother Res 2003;17:1165-72.
Chrubasik S, Kunzel O, Thanner J, et al. A 1-year follow-up after a pilot study with Doloteffin for low back pain. Phytomedicine 2005;12:1-9.
Ernst, E. and Chrubasik, S. Phyto-anti-inflammatories. A systematic review of randomized, placebo-controlled, double-blind trials. Rheum.Dis Clin North Am 2000;26(1):13-27, vii.
Leblan, D., Chantre, P., and Fournie, B. Harpagophytum procumbens in the treatment of knee and hip osteoarthritis. Four-month results of a prospective, multicenter, double-blind trial versus diacerhein. Joint Bone Spine 2000;67(5):462-467.
Chrubasik, S., Conradt, C., and Roufogalis, B. D. Effectiveness of Harpagophytum extracts and clinical efficacy. Phytother.Res. 2004;18(2):187-189.
Chrubasik, S. Addendum to the ESCOP monograph on Harpagophytum procumbens. Phytomedicine. 2004;11(7-8):691-695.
Ameye, L. G. and Chee, W. S. Osteoarthritis and nutrition. From nutraceuticals to functional foods: a systematic review of the scientific evidence. Arthritis Res Ther 2006;8(4):R127.
Grant, L., McBean, D. E., Fyfe, L., and Warnock, A. M. A review of the biological and potential therapeutic actions of Harpagophytum procumbens. Phytother Res 2007;21(3):199-209.
Brien, S., Lewith, G. T., and McGregor, G. Devil's Claw (Harpagophytum procumbens) as a treatment for osteoarthritis: a review of efficacy and safety. J Altern Complement Med 2006;12(10):981-993.
Guyader M. Les plantes antirhumatismales. Etude historique et pharmacologique, et etude clinique du nebulisat d'Harpagohytum procumbens DC chez 50 patients arthrosiques suivis en service hospitalier [Dissertation]. Universite Pierre et Marie Curie, 1984.
Chrubasik S, Sporer F, and Wink M. [Content of active substance in tea preparations from Harpagophytum procumbens]. Forsch Komplementarmed 1996;3:116-119.
Ribbat JM and Schakau D. Behandluing chronisch aktivierter Schmerzen am Bewegungsapparat. NaturaMed 2001;16:23-30.
Usbeck, C. Teufelskralle: Devil claw: Treatment for chronic pain [in German]. Arzneimittel-Forum 2000;3:23-25.
Chrubasik S, Model A, Black A, and et al. A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin® and Vioxx® in the treatment of low back pain. Rheumatology 2003;42:141-148.
Conrozier T, Mathieu P, Bonjean M, et al. A complex of three natural anti-inflammatory agents provides relief of osteoarthritis pain. Altern Ther Health Med. 2014;20 Suppl 1:32-7.

Cuspidi C, Sala C, Tadic M, et al. Systemic hypertension induced by Harpagophytum procumbens (devil's claw): a case report. J Clin Hypertens (Greenwich) 2015;17(11):908-10.
Johnson PD. Acerola (Malpighia glabra L., M. punicifolia L., M. emarginata D.C.): agriculture, ...tion of ascorbic, dehydroascorbic and diketogulonic acids in green or ripe acerola(Malpighia punicifolia)]. Rev Bras Med. 1969 Jul;26(7):398-400.
The Review of Natural Products by Facts and Comparisons. St. Louis, MO: Wolters Kluwer Co., 1999.
Derse, P. H. and Elvehjem, C. A. Nutrient content of acerola, a rich source of vitamin C. J.Am.Med.Assoc. 12-18-1954;156(16):1501.
Visentainer, J. V., Vieira, O. A., Matsushita, M., and de Souza, N. E. [Physico-chemical characterization of acerola (Malpighia glabra L.) produced in Maringa, Parana State, Brazil]. Arch.Latinoam.Nutr. 1997;47(1):70-72
Akhtar, N., Miller, M. J., and Haqqi, T. M. Effect of a Herbal-Leucine mix on the IL-1beta-induced cartilage degradation and inflammatory gene expression in human chondrocytes. BMC.Complement Altern.Med. 2011;11:66.
Blumenthal M, ed. The Complete German Commission E Monographs: Therapeutic Guide to Herbal Medicines. Trans. S. Klein. Boston, MA: American Botanical Council, 1998.
Wichtl MW. Herbal Drugs and Phytopharmaceuticals. Ed. N.M. Bisset. Stuttgart: Medpharm GmbH Scientific Publishers, 1994.
Robbers JE, Tyler VE. Tyler's Herbs of Choice: The Therapeutic Use of Phytomedicinals. New York, NY: The Haworth Herbal Press, 1999.
Foster S, Tyler VE. Tyler's Honest Herbal, 4th ed., Binghamton, NY: Haworth Herbal Press, 1999.
Shaw D, Leon C, Kolev S, Murray V. Traditional remedies and food supplements: a 5-year toxicological study (1991-1995). Drug Saf 1997;17:342-56.
Bitsch I, Janssen M, Netzel M, et al. Bioavailability of anthocyanidin-3-glycosides following consumption of elderberry extract and blackcurrant juice. Int J Clin Pharmacol Ther 2004;42:293-300.

Furse RK, Rossetti RG, Seiler CM, Zurier RB. Oral administration of gammalinolenic acid, an unsaturated fatty acid with anti-inflammatory properties, modulates interleukin-1beta production by human monocytes. J Clin Immunol 2002;22:83-91.
Erlund I, Marniemi J, Hakala P, et al. Consumption of black currants, lingonberries and bilberries increases serum quercetin concentrations. Eur J Clin Nutr 2003;57:37-42.

Lyall KA, Hurst SM, Cooney J,et al. Short-term blackcurrant extract consumption modulates exercise-induced oxidative stress and lipopolysaccharide-stimulated inflammatory responses. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol 2009;297:R70-81.
Byars, M. L., Watson, J., and McGill, P. E. Blackcurrant seed oil as a source of polyunsaturated fatty acids in the treatment of inflammatory disease. Biochem.Soc.Trans. 1992;20(2):139S.
Leventhal, L. J., Boyce, E. G., and Zurier, R. B. Treatment of rheumatoid arthritis with blackcurrant seed oil. Br.J.Rheumatol. 1994;33(9):847-852.
Watson, J., Byars, M. L., McGill, P., and Kelman, A. W. Cytokine and prostaglandin production by monocytes of volunteers and rheumatoid arthritis patients treated with dietary supplements of blackcurrant seed oil. Br.J.Rheumatol. 1993;32(12):1055-1058.